Aller au contenu principal

Une bonne qualité d'ensilage passe par un fourrage bien étalé

Des essais réalisés dans l'Ouest de la France montrent qu'il faut privilégier l'étalement du fourrage pour permettre un séchage homogène et rapide qui favorise la qualité de l'ensilage d'herbe.

Pour récolter l'herbe en ensilage, les combinaisons de faucheuses-conditionneuses restent privilégiées par les entreprises de travaux agricoles. Celles-ci choisissent souvent des modèles avec groupeurs d'andains pour favoriser la rapidité du chantier d'ensilage et exploiter la puissance croissante des ensileuses.

Des études menées en Normandie et Limousin montrent cependant que cette technique n'est pas la plus efficace pour obtenir un fourrage de qualité homogène. « Avec ce type de matériel, il est difficile d'atteindre rapidement les 30-35 % de matière sèche qui sont l'objectif pour un ensilage de qualité », remarque Christian Savary, des chambres d'agriculture de Normandie. « Le fourrage a tendance à sécher dessus, mais peut chauffer à l'intérieur de l'andain, avec une détérioration de la qualité. Même si les andains ne sont pas empilés les uns sur les autres, mais déposés côte à côte par la faucheuse, la vitesse et l'homogénéité du séchage ne seront pas satisfaisantes. »

Les recommandations issues de ces essais sont soit de faucher à plat et faner dans les quatre heures qui suivent, soit de faucher et conditionner tout en étalant le fourrage. « Le taux de matière sèche recherché est atteint une demi-journée à une journée plus vite de cette manière qu'avec un fourrage qui reste en andains. »

Faucher à sept centimètres de haut minimum

Le respect d'une hauteur de coupe de 7 centimètres minimum favorise le séchage et limite la montée de pierres et de terre dans l'andain.
Le respect d'une hauteur de coupe de 7 centimètres minimum favorise le séchage et limite la montée de pierres et de terre dans l'andain.
© Denis Lucas

Les essais ont aussi mis en évidence des pertes de fourrage plus faibles avec une faucheuse classique qu'avec une faucheuse conditionneuse. Les conditionneurs à fléaux peuvent engendrer des pertes de fourrages jusqu'à 9 à 10 % en luzerne. « Comme la faucheuse simple est moins lourde et moins exigeante en puissance qu'une conditionneuse, on peut aussi avoir une machine plus large pour le même prix et ainsi augmenter le débit de chantier », remarque Maxime Le Manach chez Claas.

La hauteur de fauche doit être au minimum de sept centimètres, voire jusqu’à dix centimètres pour les luzernes. On limite ainsi l'incorporation de terre et on favorise la circulation de l'air pour le séchage.

Dans les secteurs très caillouteux, il faudra rouler les parcelles après semis ou en sortie d'hiver pour limiter le risque d'incorporer des pierres dans les andains. La problématique des cailloux est l'un des arguments avancés par les utilisateurs de faucheuses avec groupeurs d'andains. En évitant de recourir à l'andainage, ces machines limitent en effet les risques d'avoir des pierres dans le fourrage. « Les problématiques de pierre ou de terre dans les andains sont souvent liés à une fauche trop rase et un mauvais réglage des andaineurs », relativise Christian Savary.

Certains constructeurs proposent d'ailleurs des systèmes de réglage hydraulique de la hauteur de travail des andaineurs depuis la cabine, pour s'adapter plus rapidement à des conditions de chantier différentes.

Valoriser des andaineurs coûteux

Les andaineurs à pick-up et tapis ont été beaucoup mis en avant ces dernières années pour la qualité du fourrage qu'ils permettraient d'obtenir, avec moins de terre et de pierres et plus de feuilles. Des arguments qui ont été validés par les essais, mais la différence par rapport à un andaineur à double rotor n'est pas significative, dès lors qu'une hauteur de fauche suffisante est respectée. Il en va de même pour la perte de feuilles dans le cadre d'une récolte en ensilage. La différence sur la perte de feuilles est plus significative pour un fourrage riche en légumineuses ou qui atteint plus de 50 % de matière sèche en vue d'une récolte en foin notamment. « Ces outils représentent de gros investissements et ne sont pas valorisés à leur juste valeur dans de l'ensilage », constate Christian Savary. Il y a aussi des questionnements sur le coût d'entretien et la nécessité d'un chauffeur expérimenté pour valoriser l'outil. »

Le prix élevé de ces andaineurs à tapis incite à travailler de grandes surfaces pour garder un prix de revient acceptable, alors que les fenêtres météo restent courtes, ce qui implique parfois de travailler dans des conditions pas forcément idéales.

Les clés d'un bon ensilage d'herbe

  • Faucher à 7 centimètres minimum de hauteur en étalant le fourrage pour favoriser la circulation de l'air et la repousse.

  • Faner dans un délai de 4 heures (sauf si conditionnement) en adaptant la vitesse de rotation des toupies à la vitesse d'avancement. Il faut 5 à 6 passages de dents par mètre d'avancement de la faneuse. Les dents doivent effleurer le sol sans gratter pour limiter l'incorporation de terre et l'angle de piquage doit être élevé avec un fourrage vert.

  • Andainer juste avant l'ensilage en réglant la hauteur de travail. Adapter le régime de la prise de force au volume de fourrage et à la vitesse d'avancement.  Un régime de 350 à 450 tr/min est souvent suffisant.

 La qualité de l'andainage fait le débit de l'ensileuse

Les andaineurs à dépose centrale réalisent des andains plus homogènes que les appareils à dépose latérale.
Les andaineurs à dépose centrale réalisent des andains plus homogènes que les appareils à dépose latérale.
© Kuhn

Qu'il s'agisse d'andains regroupés lors de la fauche ou d'andainage après étalement du fourrage, la régularité des andains impacte fortement le débit de l'ensileuse.

« Si l'andain est irrégulier, vous ne pouvez pas exploiter les capacités de l'ensileuse, car l'alimentation de la machine est irrégulière et le régime moteur va varier en permanence , constate Benjamin Harris, chez Claas. Il faut aussi veiller à l'orientation des brins de fourrage dans l'andain. Si tous les brins arrivent parallèlement à l'axe du rotor, la qualité du hachage est compromise. »

Les regroupeurs d'andains à vis, ainsi que les andaineurs à soleil ont tendance à entortiller le fourrage qui se présente en forme de corde.

De son côté, Claas tend à relancer les andaineurs à quatre rotors qui, selon le constructeur, « produisent des andains qui passent plutôt bien dans l'ensileuse. »

Les andaineurs à dépose centrale prennent aussi le pas sur ceux à dépose latérale, qui ont l'inconvénient de confectionner des andains parfois déséquilibrés, si la quantité de fourrage ramassée à l'aller et au retour est différente.

Pour les andaineurs à tapis, la vitesse des tapis doit être adaptée à la vitesse d'avancement pour ne pas créer de paquets, qui vont compliquer l'alimentation de l'ensileuse.

Les plus lus

Tracteur McCormick X7.460 sur la route
Conduite des tracteurs en dehors des activités agricoles - Le permis B ne suffit pas toujours
La commercialisation de tracteurs homologués à 50 ou 60 km/h change la donne en matière de permis de conduire.
Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Innovagri 2022 - Dix nouveautés à ne pas manquer sur le salon
Nous vous proposons un avant-goût des nouveautés du salon Innovagri qui a lieu cette année à Ondes dans le Sud Ouest.
Dispositif de maintien latéral du chargement par sangles sur plateau à paille Ponge
Ponge - Les plateaux fourragers sanglés automatiquement
Ponge dévoile sur ses plateaux fourragers un dispositif de maintien latéral du chargement par sangles.
Dix nouveautés matériels repérées au Space 2022
Le salon de l'élevage Space de Rennes ferme ses portes ce soir après trois jours d'exposition. Voici notre sélection des nouveaux…
Le dimensionnement du bec par rapport à la puissance de l'ensileuse doit permettre aux ensembles tracteur + remorque de suivre sans difficulté.
Quelle taille de bec à maïs faut-il monter sur l’ensileuse ?
La vitesse de travail de l’ensileuse dépend de la puissance du moteur, de la largeur du bec à maïs et du rendement en fourrage.…
Publicité