Aller au contenu principal

[Essai] Ford Transit Custom PHEV Limited - Un fourgon hybride rechargeable gourmand en essence

L’essai de près de 1 000 kilomètres au volant du Ford Transit Custom PHEV a permis d’évaluer les avantages et inconvénients de sa motorisation essence hybride rechargeable.

Le Ford Transit Custom au suffixe PHEV, comprenez hybride rechargeable, est donné pour une autonomie maximale en tout électrique de 41,7 km en utilisation mixte (48,8 km en usage urbain), selon la mesure WLTP. Ce fourgon développe 120 ch en combinant le trois cylindres essence Ecoboost de 1 l avec un moteur électrique alimenté par des batteries lithium-ion d’une capacité de 13,6 kWh. Le moteur électrique assure, via une boîte automatique, l’entraînement des roues avant motrices, tandis que le bloc thermique de 83 ch anime une génératrice, dont l’électricité produite sert à recharger les batteries ou à augmenter l’autonomie : jusqu’à 500 km au total, selon le constructeur. Malgré cette hybridation, l’émission en CO2 se situe à 70 g/km, selon la norme WLTP, et interdit toute aide de l’État.

Quatre modes de conduite

L’utilitaire propose quatre modes de conduite : EV Auto, EV Now, EV Later et EV Charge. Le premier, activé par défaut, gère automatiquement l’hybridation en optimisant la consommation d’énergie. Le second exploite uniquement la puissance électrique jusqu’à ce que la batterie soit vide. Le troisième assure une circulation en 100 % essence, afin de garder en réserve l’électricité pour l’utiliser à des endroits précis (en ville par exemple pour les livreurs). Enfin, avec le quatrième mode, le moteur thermique assure simultanément l’entraînement du véhicule et la recharge des batteries. Dans toutes les situations, le Ford Transit Custom récupère l’énergie en phase de décélération (freinage régénératif), permettant de gagner quelques kilomètres d’autonomie. Selon le constructeur, il recharge complètement ses batteries en cinq heures sur une prise électrique classique ou en trois heures à l’aide d’un chargeur rapide monophasé (16 ou 32 A).

On aime

- Vivacité au démarrage

- Espace de chargement

- Confort

On aime moins

- Vitesse maxi de 120 km/h

- Pas éligible aux aides de l’État

- Zéro capacité de remorquage

En action - 48 kilomètres parcourus en tout électrique

 

 
Les batteries du Ford Transit Custom PHEV se rechargent complètement en 5 heures sur une prise 220 volts classique, selon le constructeur. © D. Laisney

 

Avec une vitesse maximale bridée à 120 km/h, le Ford Transit Custom est résolument orienté vers les utilisations urbaines et périurbaines. Nos trajets autoroutiers se sont alors déroulés pied au plancher ! L’utilitaire peut cependant trouver sa place à la campagne, à condition que sa zone de circulation se concentre essentiellement dans le périmètre d’autonomie de ses batteries. Malgré sa bonne tenue de route et son confort de roulage plutôt correct, les longs trajets ne sont pas à l’avantage de cet utilitaire qui a tendance à se montrer gourmand en essence, un carburant plus cher. D’après nos mesures, sur un parcours de 544 km mixant des petites routes, des départementales, des quatre voies et pour moitié d’autoroute, le fourgon a englouti en moyenne 9,57 l aux 100 km, avec deux recharges complètes des batteries. Un test réalisé en tout électrique, sans arrêt et en optimisant la consommation, nous a permis de rouler pendant 1 h 10 et de parcourir 48 km sur des routes de campagne sans trop de dénivelé. La batterie complètement vide au retour a demandé sept heures de charge, sur une prise classique, pour retrouver un niveau de 95 %.

 

 
La boîte de vitesses automatique animée par un moteur électrique garantit des départs très vifs du Ford Transit Custom PHEV. © L. Vimond

 

Le démarrage est très vif et demande de bien doser l’accélérateur, sous peine de faire crisser les pneus. Au début, la sensation de conduite est étrange, car le moteur thermique monte dans les tours de façon non proportionnelle à l’avancement. Ceci est dû au fait que le trois cylindres essence, couplé à une génératrice, sert uniquement à recharger les batteries et/ou à alimenter le moteur électrique animant les roues avant. Dans les descentes, le freinage régénératif fait que le fourgon ralentit assez fort, sans appuyer sur la pédale, une autre habitude à prendre. Au démarrage, le chauffeur doit être attentif, car la mise en marche n’est pas clairement indiquée et il est possible de se faire piéger en pensant à tort que le véhicule est en fonctionnement. Ce désagrément nous a valu une petite frayeur en quittant un stationnement en descente : la pédale de frein relâchée, le fourgon est parti en roue libre et n’a pu, dans la panique, être immobilisé que dans le milieu de la route en contrebas. Un frein à main électrique permettrait d’éviter ce risque.

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV affiche une charge utile de 1 110 kg en finition Limited. © L. Vimond

 

Les batteries logées sous la caisse ne pénalisent pas le volume de chargement et il y a même une vraie roue de secours. Le modèle essayé en carrosserie L1H1 dispose de deux portes latérales coulissantes dégageant un parfait accès au chargement. Le fourgon reçoit huit anneaux d’arrimage bien répartis et intègre sous le toit quatre puissantes lampes à leds éclairant parfaitement l’intérieur. Des rails latéraux et au plafond permettent d’ajouter des accessoires pour retenir les marchandises. La finition est à améliorer, car les fils électriques alimentant les feux arrière sont apparents et les habillages intérieurs en planche médium de faible épaisseur manquent de robustesse. Par ailleurs, la prise 12 volts dans l’angle arrière droit est, selon nous, placée trop près du plancher et se trouve ainsi exposée aux chocs.

La gamme - Une carrosserie et trois finitions

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV est disponible uniquement en carrosserie L1H1 d'un volume de chargement de 6 mètres cubes. © D. Laisney

Le Ford Transit Custom PHEV n’est disponible qu’en carrosserie L1H1 affichant un volume de chargement de 6 m3 et une charge utile maximale de 1 130 kg (variable selon la finition). Sa motorisation hybride n’autorise pas le montage d’un crochet d’attelage. Cet utilitaire se décline en trois finitions : Ambiente, Trend Business et Limited. La première comprend une seule porte latérale coulissante à droite, des rétroviseurs à réglage manuel, un autoradio Bluetooth, le siège conducteur à réglages multiples et la cloison de séparation en tôle pleine entre le fourgon et l’habitacle. La version Trend Business compte en plus les rétroviseurs électriques et dégivrants, les phares antibrouillards, l’air conditionné, le tapis dans l’espace de chargement et les plaques intérieures en médium protégeant la carrosserie jusqu’à mi-hauteur. La finition Limited essayée s’identifie à ses jantes en alu en 16 pouces, ainsi qu’à ses protections et rétroviseurs peints au ton de la carrosserie. Elle dispose notamment d’un écran couleur 8 pouces, de la connectivité 4G avec modem embarqué, de l’éclairage à leds du compartiment de chargement et de la protection intégrale de l’intérieur du fourgon (plancher étanche et panneaux d’habillage sur toute la hauteur).

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV bénéficie, en finition Limited, d'une protection intégrale de l'espace de chargement (habillage des côtés et tapis sur le plancher). © D. Laisney

 

(+) Le sol de l’habitacle et le plancher du fourgon sont faciles à nettoyer grâce aux revêtements en caoutchouc.

 

 
L’écran tactile de 8 pouces est inclus de série sur le Ford Transit Custom PHEV en finition Limited. © M. Portier

 

(+) La sélection des modes de conduite s’effectue facilement à l’aide d’un bouton à droite du volant.

 

 
La trappe à carburant du Ford Transit Custom PHEV se déverrouille électriquement depuis la cabine. Son ouverture demande de garder la porte du chauffeur ouverte. © D. Laisney

 

(+/-) L’écran tactile de 8 pouces est convivial et facile d’utilisation. Il est en revanche positionné un peu loin du chauffeur et ce n’est pas toujours facile de naviguer dans les menus en conduisant pour changer de radio ou chercher un contact dans le répertoire.

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV se complète en option d'une caméra de recul. © D. Laisney

 

(-) La caméra de recul optionnelle, située au-dessus de la plaque d’immatriculation, est exposée aux chocs.

 

 

 

(-) La trappe d’accès au bouchon du réservoir de carburant se déverrouille via un bouton au centre du tableau de bord. Son ouverture et sa fermeture demandent en plus de garder la porte du chauffeur ouverte.

À la loupe - Un poste de conduite connecté

 

 
Le siège conducteur du Ford Transit Custom PHEV propose de multiples réglages pour trouver la position idéale. © M. Portier

Il est assez facile de trouver la bonne position de conduite grâce aux nombreux réglages du siège. L’assise s’ajuste en hauteur et il est même possible de relever indépendamment sa partie avant. Les grands rétroviseurs extérieurs à deux miroirs, dont l’inférieur à angle mort, procurent une parfaite visibilité vers l’arrière. Les radars de stationnement avant et arrière sont en plus complétés d’une caméra de recul optionnelle, dont les images s’affichent sur l’écran multimédia central. Le siège passager ne bascule pas et il faut donc l’avancer au maximum pour accéder au rangement situé en dessous. Ce coffre s’utilise, par exemple, pour ranger des sangles et le câble de recharge des batteries.

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV compte deux jauges au tableau de bord : état de charge des batteries et niveau d'essence. © M. Portier

 

Le tableau de bord intègre en son centre un petit écran informant, en plus des différents compteurs, du mode de conduite sélectionné, du pourcentage de charge des batteries, de l’autonomie estimée en électrique et en essence. Il dispose de deux jauges analogiques, une indiquant la charge de la batterie et l’autre affichant le niveau d’essence. Un symbole en forme de prise électrique avertit que la batterie est en charge. Le compte-tours analogique intègre deux segments colorés incitant le chauffeur à optimiser sa conduite. Dans le bleu, le pilotage se veut assez économe, tandis que le vert illustre les phases de freinage régénératif, gage d’un gain d’autonomie en fonctionnement électrique.

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV bénéficie d'une prise 220 volts conçue pour alimenter un appareil d'une puissance maximale de 150 watts. © M. Portier

 

Les prises ne manquent pas à bord. Deux ports USB, un au centre et l’autre à gauche de la planche de bord, relient automatiquement le smartphone à l’écran tactile de 8 pouces pour la gestion des appels, l’écoute de vos musiques préférées et la consultation vocale des SMS. La prise 12 volts de type allume-cigare, située à gauche sur la planche de bord près de la portière, permet, par exemple, d’alimenter un gyrophare amovible sans devoir laisser courir le fil dans l’habitacle. Enfin, la prise 220 volts (150 watts maxi) posée au sol, au pied du frein à main, peut être utilisée pour recharger une tablette ou un ordinateur, voire un téléphone sans le connecter au système multimédia. Il manque en revanche un support ou un petit espace pour poser le smartphone, afin de l’utiliser comme GPS, par exemple.

Entretien – Les batteries garanties 8 ans

 

 
Le Ford Transit Custom PHEV est équipé de deux circuits de refroidissement : un pour les batteries et l'autre pour le moteur thermique. © D. Laisney

Le Ford Transit Custom PHEV nécessite une révision tous les deux ans ou 40 000 km. Il bénéficie d’une garantie constructeur de 2 ans (extensible à 6 ans ou 300 000 km), mais les batteries du système d’hybridation profitent, elles, d’une garantie de 8 ans ou 160 000 km (au premier des deux termes échus). Comme le groupe motopropulseur électrique et le moteur thermique sont chacun équipés de leur propre système de refroidissement liquide, l’utilitaire dispose de deux vases d’expansion et de deux radiateurs. Le capot levé dégage un accès direct au contrôle des niveaux d’huile, de liquide de refroidissement et de fluide de frein. Le bouchon de remplissage du lave-glace et le filtre à air sont aussi faciles à atteindre. Dans le fourgon, le grand tapis aux rebords hauts protégeant le plancher est bien pensé et autorise le nettoyage au jet d’eau.

Fiche technique Ford Transit Custom PHEV

 

 
La finition Limited du Ford Transit Custom PHEV comprend les jantes alu, ainsi que les protections et rétroviseurs peints au ton de la carrosserie. © D. Laisney

Moteur/transmission

- Puissance : 120 ch

- Couple maxi : 355 Nm

- Type de moteur : hybride essence électrique

- Cylindrée : 999 cm3 (3 cylindres)

- Puissance fiscale : 10 CV

- Transmission : automatique à 1 vitesse

- Consommation en cycle combiné WLTP (données constructeur) : 3,08 l/100 km

- Émission de CO2 : 70 g/km (norme WLTP)

- Capacité des batteries : 13,6 kWh

Châssis

- Carrosserie : L1H1

- Suspensions avant : indépendantes type MacPherson

- Suspension arrière : essieu rigide et lames ressorts avec amortisseurs à gaz

- Diamètre de braquage : 10,9 m

Dimensions et poids de l’utilitaire

- Nombre de places : 3

- L/l/h : 4,97/2,27/2 m

- Empattement : 2,93 m

- PTAC : 3 400 kg

- Charge utile : 1 110 kg

- Réservoir à essence : 54 l

Dimensions du fourgon

- Volume : 6 m3

- L/l/h : 2,55/1,77/1,4 m

Budget

- Prix catalogue au 01/05/2021 : de 43 790 euros HT (finition Ambiente) à 49 010 euros HT (modèle Limited essayé)

 

Les plus lus

Demandant des tracteurs de 85-90 ch, les petites combinaisons de fauche triples, qui commencent à 7,24 m de large, offrent un bon suivi de sol, comparativement à une faucheuse arrière latérale de 4 à 4,40 m.  © Pöttinger
Les faucheuses triples sans conditionneur séduisent les éleveurs
Depuis deux ans, les ventes d’ensembles de fauche frontale et double lamier arrière connaissent une croissance forte. Ces…
[VIDEO] SIP - Le groupe de fauche de 15 mètres en démonstration en Normandie
Le groupe de fauche Silvercut Disc 1500 T du constructeur slovène SIP a récemment déployé ses ailes dans la campagne normande.…
Agriliant – Deux étudiantes veulent développer des filets et ficelles biodégradables
Chloé Tinel et Ines Vecten, étudiantes d’UniLasalle Rouen, ont mis à profit leur stage de fin d’étude pour initier un projet de…
Siwi attelage rapide Oria Agriculture Réussir Machinisme
[VIDEO] - Siwi, le dételage instantané importé en France par Oria Agriculture
Oria Agriculture importe le système d'attelage instantané Siwi Combi-Hitch. 
Frédéric Lefeuvre, éleveur en Gaec à Derval en Loire-Atlantique. « La combinaison de fauche sans conditionneur est peu gourmande en puissance. » © M. Portier
« Une combinaison de fauche triple sans conditionneur pour gagner du débit de chantier tout en faisant des économies »
Le Gaec Lefeuvre à Derval en Loire-Atlantique, a abandonné le conditionneur en passant d’une combinaison de fauche double à une…
Claas france Ymeray Réussir machinisme
Claas inaugure son technopôle à Ymeray
Depuis le 31 août dernier, 200 collaborateurs Claas ont investi le nouveau site d'Ymeray (Eure-et-Loir). Crise sanitaire oblige,…
Publicité