Aller au contenu principal

[ESSAI] - Kubota M6-142 – « Tous les attributs d’un tracteur de tête »

Loïc Toullier, agriculteur à Juvigny-le-Tertre dans la Manche, a testé le Kubota M6-142 équipé du chargeur LK2400H. Il nous livre ses impressions après 25 heures aux commandes de ce tracteur de 143 chevaux.

Au sommaire de cet essai

 

Développant de 123 à 143 ch, les trois tracteurs de la série M6002, fabriqués au Japon, s’adressent aux exploitations de polyculture élevage. D’un poids à vide de 6 t, ils se complètent d’un chargeur frontal à parallélogramme mécanique ou hydraulique, fourni par l’équipementier breton MX aux couleurs de Kubota. Le M6-142 essayé, le plus puissant de la gamme, loge, comme les deux autres modèles, un moteur quatre cylindres maison de 6,1 l de cylindrée. Il développe 143 ch et bénéficie d’un boost de 20 ch s’activant uniquement au transport.

Huit vitesses powershift

La transmission semi-powershift 24/24 comprend huit rapports sous charge et trois gammes robotisées. Elle propulse le tracteur à 40 km/h au régime moteur de 1 650 tr/min et se complète en option de huit vitesses rampantes (0,2 à 0,9 km/h). Le Kubota bénéficie du passage automatique des huit powershift, ainsi que du réglage de la souplesse de l’inverseur et du passage des vitesses. Il est équipé de la fonction Xpress Restart permettant de stopper l’avancement en appuyant uniquement sur la pédale de frein. Le pont avant suspendu, de type portique, améliore la garde au sol (56 cm). Il intègre le dispositif Bi-Speed accélérant la rotation des roues avant pour réduire le rayon de braquage à 4,50 m. Il est préférable de l’activer uniquement au champ, car sur les bétons, le risque est grand d’user prématurément les pneus.

 

Les conditions du test

 
Le Kubota M6-142 s'est bien défendu avec la remorque à deux essieux au transport d'ensilage de maïs. © L. Toullier

 

 

Testé mi-octobre, le Kubota M6-142 a surtout réalisé du transport d’ensilage de maïs avec une benne monocoque à deux essieux. L’éleveur l’a aussi utilisé avec le chargeur frontal pour la confection d’un silo, le curage de la fumière et la distribution du fourrage.

Les plus

+ Stabilité

+ Confort

+ Visibilité

+ Arrêt à la pédale de frein

Les moins

- Toit ouvrant

- Position du frein à main

- Ouverture du capot

- Pas de rangement réfrigéré

 
 

Au travail – "Stable et précis avec le chargeur frontal"

 

 
Le Kubota M6-142 testé est équipé du chargeur frontal LK2400H fourni par l'équipementier français MX. © D. Laisney

 

Lesté à l’arrière avec une masse d’une tonne, le Kubota M6-142 se révèle très stable avec le chargeur frontal. Chaussé de roues avant en 24 pouces, il se montre également maniable. Cependant, son gabarit m’est apparu un peu trop imposant pour évoluer dans les bâtiments exigus. Le capot moteur au nez proéminent cache la visibilité sur l’outil et ne permet pas de voir correctement l’interface porte-outil lors de l’attelage. Au curage de la fumière, les huit rapports sous charge de la deuxième gamme M, qui procurent une plage de vitesse allant de 3,9 à 15,6 km/h, m’ont permis de travailler sans changer de gamme. La fonction stoppant l’avancement en appuyant sur la pédale de frein s’avère très agréable à la manutention, aussi bien pour remplir la fourche de fumier que pour approcher la benne.

 

 
Le Kubota M6-142 se révèle stable et sécurisant sur le tas d'ensilage. © D. Laisney

 

À la confection du tas d’ensilage, le Kubota, qui pèse 6 tonnes à vide, s’est avéré agréable et sécurisant. Son levier d’inverseur est souple et très ergonomique. Il se règle en agressivité pour manœuvrer avec précision. L’arrêt uniquement avec la pédale de frein s’est ici aussi révélé intéressant, car il facilite le tassage des bords du silo. Mon gros reproche porte sur le levier basse pression de commande du chargeur. Il est dur et prend place au bout de la console de droite. Je préférerais un joystick électrique solidaire de l’accoudoir, afin de bénéficier d’une position plus confortable du bras. J’ai par ailleurs constaté que ce levier reste actif moteur arrêté. Cela présente l’avantage de pouvoir baisser le chargeur sans démarrer le moteur, mais il faut prendre l’habitude de stocker le tracteur avec la fourche en bas, afin d’écarter tout risque d’accident en cas de manipulation inopinée du joystick. Il y a bien une molette à son embase pour le verrouiller, mais elle n’est pas très pratique à actionner. Le relevage avant dépasse beaucoup à l’avant et a tendance à se remplir d’ensilage.

 

 
Le Kubota M6-142 bénéficie d'un boost de 20 chevaux qui se déclenche au transport à partir de 20 km/h. © L. Toullier

 

Sur la route, le tracteur est confortable, grâce notamment à son pont avant suspendu, dont la souplesse s’ajuste facilement à l’aide d’un bouton en cabine. Les rétroviseurs de petites tailles sont efficaces, mais la partie surveillant les angles morts pourrait être plus grande. Avec ma benne à deux essieux et dans mon secteur vallonné, le Kubota s’est bien défendu dans les parcelles de maïs. Je suivais l’ensileuse sans changer de gamme, grâce aux huit rapports powershift. Le bip retentissant à chaque changement de vitesse est en revanche pénible. Sur la route, comme le moteur est assez coupleux, je n’ai pas vraiment ressenti le boost de 20 chevaux s’activant au transport à partir de 20 km/h. La consommation de 8 l/h me paraît correcte. Le passage robotisé des gammes engendre, comme sur toutes les transmissions de ce type, une rupture de couple qui m’a valu de caler deux fois, en montée, après avoir quitté une parcelle. Comme le premier rapport de la gamme H est assez haut, je n’avais pas d’autre choix, en côte, que de démarrer en gamme moyenne (M).

 

 
Le Kubota M6-142 essayé est équipé des circuits de freinage à double ligne hydraulique et pneumatique, de quatre distributeurs hydrauliques (3 en standard), d'une alimentation Power Beyond et d'une prise Isobus. © A. Lange

 

Le Kubota M6 est équipé de stabilisateurs automatiques et ses bras sont bien dimensionnés. Le modèle essayé reçoit sur chaque aile arrière des boutons pour actionner le relevage et gérer la prise de force. J’ai constaté que le relevage présente une grande course, ce qui évite d’agir sur les chandelles. Le tube pour ranger les boules d’attelage, situé à gauche au pied du vérin de relevage, pourrait être plus accessible.

 

En cabine – "Bonnes habitabilité et visibilité"

 

 
Le Kubota M6-142 dispose d'une cabine à 4 montants procurant une bonne visibilité. © D. Laisney

 

La cabine à quatre montants est équipée d’une suspension mécanique et propose suffisamment d’espace pour circuler avec un passager. Ses deux portes et ses grandes surfaces vitrées procurent une bonne visibilité, qui n’est d’ailleurs pas entravée par le pot d’échappement positionné à l’avant droit. Il manque cependant un rétroviseur sur le hayon arrière pour bien voir le piton d’attelage. Les feux de travail sont nombreux (10 av. et 6 ar. sur le modèle essayé – 16 maxi), bien positionnés et efficaces. Ils se contrôlent depuis un panneau très intuitif pourvu d’un schéma représentant un tracteur. Un simple appui sur un bouton permet d’allumer tous les phares simultanément. Dommage que certains interrupteurs en cabine ne soient pas rétroéclairés la nuit, à l’instar du bouton d’essuie-glace situé sur le tableau de bord. Le toit vitré assez large est séparé du pare-brise par un bandeau plutôt épais. Comme il est en retrait par rapport au toit, il forme une cuvette qui s’est notamment remplie de maïs en suivant l’ensileuse lors du détourage. J’ai dû le nettoyer manuellement, car la matière ne peut pas s’évacuer seule. L’assise en mousse du siège passager est confortable et se relève pour faciliter l’accès à bord. Il est aussi possible d’abaisser le dossier pour créer une tablette. Il y a bien plusieurs rangements, dont deux porte-gobelets, mais le tracteur manque d’un coffre fermé, voire réfrigéré.

 

 
Le Kubota M6-142 bénéficie d'un accoudoir multifonction. © A. Lange

 

Le tableau de bord est bien lisible et le levier multifonction fixé en bout d’accoudoir est ergonomique. Pour gérer l’inversion du sens de marche depuis ce joystick, il faut à la fois appuyer sur l’interrupteur en façade et sur un bouton de validation à l’arrière. Je comprends que cette manipulation soit nécessaire pour la sécurité, mais elle demande une petite gymnastique des doigts peu agréable. Le joystick présente l’avantage de regrouper les boutons de passage des gammes et des rapports powershift, ainsi que ceux du relevage et des deux régimes moteurs mémorisables. Les distributeurs hydrauliques sont à commande mécanique et leur débit s’ajuste à l’aide de molettes situées derrière le siège. La climatisation manuelle fonctionne bien, mais son pupitre de commande, comme l’autoradio, se situe dans l’angle arrière droit. Il est à mon goût mal placé, car exposé au salissement sur ce type de tracteur appelé à travailler avec la vitre arrière ouverte. Le levier de frein à main, situé au plancher à gauche du siège, est aussi mal positionné et il oblige à se pencher pour l’actionner. À plusieurs reprises, en quittant la cabine, je l’ai désactivé accidentellement en le percutant avec le talon, ce qui s’est à chaque fois traduit par la mise en roue libre du tracteur. Je préférerais que le frein à main soit intégré au levier d’inverseur, comme sur d’autres tracteurs de cette catégorie.

 

 
Le terminal K-Monitor à écran tactile de 7 pouces est en option sur le Kubota M6-142. © D. Laisney

 

Optionnel, le terminal K-Monitor à écran tactile de 7 pouces est convivial et se prend vite en main. Pouvant être raccordé à une caméra, il intègre la fonction de guidage par GPS et permet de piloter les outils Isobus. Il donne accès, après déblocage des licences, au contrôle de sections et à la modulation de dose. Ce terminal complétant l’affichage numérique du tableau de bord permet de personnaliser l’agressivité de l’inverseur, paramétrer une vitesse de démarrage et sélectionner la plage de rapports powershift en mode auto de la transmission. Il sert aussi à activer l’automatisme de prise de force et à programmer les séquences en fourrière.

 

Entretien – "Filtre à air et radiateurs bien accessibles"

 

 
La batterie et le filtre à air sont facilement accessibles sur le Kubota M6-142. © D. Laisney

 

L’ouverture du capot, qui demande d’utiliser une pige pour le déverrouiller, pourrait être facilitée par la présence d’une poignée sur la calandre. Le filtre à air, comme la batterie et le vase d’expansion, est directement accessible à l’avant du compartiment moteur. Les éléments du bloc de refroidissement ne se déploient pas, mais une trappe à droite s’ouvre pour faciliter leur nettoyage. Seul un radiateur, maintenu par des vis papillons, coulisse vers la gauche. Il est équipé d’un tamis amovible évitant l’encrassement des ailettes. Le filtre à huile est bien caché à droite derrière une grille maintenue par six vis. La jauge à huile s’atteint facilement à gauche, même en présence du chargeur frontal. En revanche, le bouchon de remplissage d’huile moteur se trouve derrière une grille boulonnée, ce qui ne me paraît pas très pratique si un appoint est nécessaire.

 

Fiche technique Kubota M6-142

MOTEUR

Puissance au régime nominal sans/avec boost (ECE R120) : 138/158 ch à 2 100 tr/min

Puissance maxi sans/avec boost (ECE R120) : 143/163 ch à 1 900 tr/min

Couple maxi : 645 Nm à 1 500 tr/min

Cylindrée : 6 124 cm3

Norme et système de dépollution : stage V avec DOC, FAP et SCR (AdBlue)

Capacité d’huile du moteur : 17 l

Intervalle d’entretien : 500 h

TRANSMISSION

Type : powershift robotisée Kubota

Nombre de rapports (av./ar.) : 24/24

Nombre de rapports entre 4 et 15 km/h : 10

Régime moteur à 40 km/h : 1 640 tr/min

Régimes de prise de force et régimes moteur correspondant : 540, 540E, 1000 et 1000E à 1 983, 1 535, 1 960 et 1 517 tr/min

CIRCUIT HYDRAULIQUE

Type : centre fermé load sensing

Débit et pression : 115 l/min

Volume d’huile hydraulique exportable : 40 l

Nombre de distributeurs en série : 3 arrière (4 en option)

RELEVAGE

Capacité maxi aux rotules (arrière/avant) : 7 000/3 260 kg

DIMENSIONS

Capacité du réservoir de GNR/AdBlue : 230/20 l

Hauteur hors tout : 2,89 m

Empattement : 2,69 m

Rayon de braquage : 4,5 m avec système Bi-Speed

Poids à vide : 6 000 kg

PTAC : 9 800 kg

Pneumatiques du modèle essayé : 600/65 R38 et 480/65 R24

BUDGET

Prix catalogue du modèle essayé au 1er/02/2022 sans option et sans chargeur/avec options et chargeur : 102 000/124 000 euros HT

 

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
En Vendée, les machines agricoles ne peuvent travailler après 23 h.
Canicule - Le préfet de la Vendée autorise finalement les travaux de récolte nocturnes
[Mis à jour le 16/06/22 à 18h00] Par une dérogation dans un récent arrêté portant sur les nuisances sonores, la préfecture de…
Evolution des immatriculations de tracteurs standards par département en 2021
Le classement des départements qui immatriculent le plus de tracteurs agricoles standards
Lors de l’année 2021, les 20 premiers départements en termes d’immatriculations de tracteurs agricoles standards ont représenté…
Les travaux nocturnes sont régis par des arrêtés préfectoraux concernant les bruits de voisinage.
Travaux agricoles nocturnes et nuisances sonores - Qu'avez-vous le droit de faire ?
Moisson ou pulvérisation, les travaux agricoles nocturnes et les nuisances sonores qu'ils génèrent sont régis par des règles qui…
Vincent Deluppé utilise la fraise rotative pour détruire les couverts végétaux. Il apprécie cet outil pour sa capacité à couper, hacher, mélanger et affiner.
« La fraise rotative est devenue l’outil clé sur l’exploitation »
Agriculteur bio dans le Gers, Vincent Deluppé apprécie la fraise rotative pour sa capacité à détruire les adventices. Il…
Tous les matériels agricoles sont impactés par la hausse des matières premières, la pénurie de composants et des délais de livraison qui se rallongent.
Ventes de matériels agricoles neufs – Les délais de livraison dépassent un an
Tracteurs, moissonneuses-batteuses, ensileuses, pulvérisateurs, etc. Selon l'Axema, tous les matériels agricoles sont concernés…
Publicité