Aller au contenu principal

Guerre Russie Ukraine
Guerre en Ukraine : la récolte céréalière et oléagineuse nationale pourrait être moitié moindre que la normale

Thierry Blandinières, directeur général d'InVivo, était l'intervenant, mardi 22 mars, de L'invité Eco sur France Info. Extraits.

Thierry Blandinières, directeur général d'InVivo, avait déjà fait un point sur les activités d'InVivo et Groupe Soufflet en Ukraine et en Russie, lors de l'édition 2022 du Salon international de l'agriculture.
© Thierry Michel

Dans un entretien donné à France Info dans le cadre de l’émission L’Invité Eco, ce mardi 22 mars 2022, Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo, a rappelé que 350 salariés du groupe travaillaient encore en Ukraine et que la cellule de crise mise en place échangeait tous les jours avec eux pour faire le point et soutenir leur moral.

Il a ensuite précisé qu’il était encore possible de travailler en Ukraine, dans la partie ouest du pays. « Les agriculteurs du pays ont envie de semer et nous avons donc réouvert nos entrepôts pour les livrer. C’est très important pour eux pour pouvoir nourrir la population du pays. Oui, il est encore possible de semer même si l’on ne connaît pas l’avenir », a-t-il déclaré au micro de Jean Leymarie.

Le patron d’InVivo a par ailleurs confirmé que les voies de transport via le port d’Odessa étaient complètement bloquées. « Mais on peut sortir du maïs via la Roumanie, même si c’est très compliqué, et à nos risques et périls, puisqu’aucune assurance ne nous couvre ».
 

L'UE doit pouvoir produire plus et mieux

Selon Thierry Blandinières, il sera aussi très difficile aux agriculteurs ukrainiens d’assurer une collecte normale en juillet et il pourrait manquer à ce moment-là « au moins 50 % de la collecte habituelle, soit 20 Mt ».

Ce qui risque de faire augmenter encore l’inflation sur les produits issus des matières premières céréalières et oléagineuses. « L’inflation pourra encore augmenter à la rentrée si les marchés actent que l’Ukraine n’est pas un acteur présent à l’international et si la Russie garde ses stocks. » Ce sera difficile aussi pour des pays largement dépendants de leurs importations de blé, comme le Maghreb. « Il faut se souvenir que les printemps arabes en 2014 ont débuté avec une augmentation du prix du pain. Et il est possible d’avoir une tonne de blé à plus de 400 € ».

Toujours pour Thierry Blandinières, « l’Europe est plus que la solution pour pallier l’absence de la production ukrainienne. Il faut libérer les énergies des agriculteurs de l’UE et que cette dernière s’organise pour produire plus et mieux ». L’UE pourrait produire entre 5 et 10 % de plus a-t-il rappelé, en mettant notamment en culture une partie de ses jachères. « Il faut trouver un compromis pour arbitrer entre environnement et productivité pour les deux ans à venir car la question à régler à court terme c’est l’inflation. Mais ça ne veut pas dire revenir en arrière. Il est possible de produire plus, mieux et durable ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Guerre en Ukraine - La Russie en marche vers un leadership agricole
Thierry Pouch, économiste à l’APCA, envisage trois scenarii pour la fin de guerre en Ukraine, dont la partition du pays au profit…
Moisson Blé tendre - Hétérogénéité inédite des rendements 2022, estimés à 69,5 q/ha en moyenne

Le rendement moyen de la récolte de blé tendre française 2022 s'élèverait à 69,5 q/ha en moyenne, selon une…

« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne