Aller au contenu principal

Commerce des grains
« Un gigantesque registre partagé » grâce à la blockchain

La blockchain (ou chaîne de blocs) est parfaitement adaptable au commerce des grains. La technologie est utilisée dans le secteur depuis la période 2014-2016.

© OCDE/Réussir

"La blockchain est un gigantesque registre partagé », définit simplement Philippe Lehrmann, consultant formateur spécialiste de la blockchain pour les métiers agricoles, de la société Agri XXI.

Principal intérêt de la blockchain : « Sécuriser et garantir les actifs numérisés (token, ou jeton) de manière consensuelle », précise-t-il. Elle permet de distribuer l’information, devenue infalsifiable, à un grand nombre d’utilisateurs, à l’aide d’un réseau décentralisé (depuis des ordinateurs parfois répartis partout dans le monde), chacun ayant accès aux mêmes informations.

Blockchain ouverte, blockchain fermée

Il existe basiquement deux types de blockchain : celle publique, et l’autre fermée ou semi-fermée, ou encore de cooptation, explique Philippe Lehrmann. Un livre blanc sur la blockchain publié en 2018 par l’Acta (Association de coordination technique agricole) donne les définitions suivantes : « à la différence d’une blockchain publique comme bitcoin, ouverte et anonyme, une blockchain privée s’appuie sur un nombre réduit de nœuds identifiés (les membres d’un consortium, par exemple) ».

Une autre fonctionnalité de la blockchain est la possibilité de générer des smart contracts (contrats intelligents), « assimilable à des formules “SI/alors” sous Excel mais en plus élaboré », commente Philippe Lehrmann. « Il s’agit d’un aiguillage : le smart contract déclenche des actions si telles ou telles conditions sont respectées. »

La blockchain peut créer et reconnaître les signatures électroniques. C’est le cas de la plate-forme Cerealia. « Les parties génèrent indépendamment leurs propres clés cryptographiques, correspondant à leurs signatures électroniques, aussi appelées Advanced Electronic Signatures (AES). Ensuite, ils signent avec cet AES toutes les offres, les contrats et les principaux événements d’exécution », détaille Andrei Grigorov, créateur et dirigeant de la plate-forme en 2018.

La blockchain est née dans la période 2008-2009, servant à l’élaboration de la cryptomonnaie, le bitcoin. Pour le secteur du commerce des grains, la période de développement se déroule entre 2014 et 2016, selon les spécialistes contactés.

Agridigital, un premier succès dans le commerce des grains

La première plate-forme d’échanges de grains utilisant la technologie blockchain avec succès a été la plate-forme australienne Agridigital fin 2016 (de type « ouverte »), rapportent les experts. La principale innovation de cette plate-forme est l’autorisation et l’automatisation des paiements. « Il existait un gros décalage dans le temps entre la livraison des camions de blé aux ports, chez les meuniers… et le paiement de l’agriculteur. La blockchain a permis de réduire ce temps : dès réception de la marchandise ou analyse du lot, le paiement est déclenché automatiquement », témoigne Philippe Lehrmann.

L’année 2018 voit la création de Covantis, plate-forme du quatuor du négoce international ABCD (Archer Daniels Midland, Bunge, Cargill, Dreyfus), rejoint ensuite par Glencore et Cofco. « Il s’agit ici d’une blockchain privée, dont le but est de fluidifier les échanges en facilitant/automatisant l’échange d’information, documents administratifs... entre les divers opérateurs. Par exemple, il permet la transmission de documents en CAF et FOB entre importateurs et exportateurs, afin d’arriver plus vite au stade paiement », rapporte Bernard Valluis, vice-président du syndicat de Paris en charge des questions digitales.

Lire aussi : Sécuriser les échanges avec la blockchain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
« Il n’est pas impossible que la sole française de colza (pour la récolte 2021) tombe sous les 900 000 ha »  
Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, et Catherine Cauchard, chef de projet Céré’…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Prix des Céréales le 4 mai : hausse généralisée des cours du blé tendre, de l’orge fourragère et du maïs

Les prix du blé tendre et du maïs sur le marché physique français ont progressé entre les 3 et 4 mai, à l’image des marchés à…

Prix du blé/maïs : comment expliquer une telle volatilité  ?
Divers experts ont livré leur analyse sur les causes pouvant expliquer la forte hausse et la volatilité accrue des prix des…
Protéine d'insecte : Cargill et InnovaFeed étendent leur partenariat à l’alimentation pour les porcs
Travaillant ensemble depuis plus de trois ans, les deux structures vont intensifier l’utilisation des insectes comme base en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne