Aller au contenu principal

Résultat d'entreprise
Un chiffre d’affaires en recul pour Carlsberg au premier semestre 2020.

Les impacts du Coronavirus n’ont pas été les mêmes sur tous les produits pour le brasseur danois.

Les résultats semestriels de Carlsberg ont bien sûr eté affectés par la crise du Coronavirus
© Carlsberg

Pour son premier semestre fiscal 2020, le brasseur danois Carlsberg a publié ce jeudi 13 août 2020 un chiffre d’affaires de 28,83 Md de couronnes danoises (3,871 Md€ et 1 couronne danoise = 0,13 euro). C’est bien sûr un chiffre inférieur, de 12,6 %, à celui du semestre équivalent l’an passé, en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus. Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2020, à lui seul, a cédé 16,9 %. Les volumes vendus pendant les six premiers mois de l’année ont reculé de 7,7 % et le bénéfice net de 7,3 %.

Si l’ensemble des régions où est présent le groupe ont été impactées, les produits ont été affectés de façons différentes : en volume, la marque Tuborg a chuté de 19 % et Carlsberg de 10 % mais 1664 Blanc a progressé de 10 % alors que Somersby et Grimbergen ont cédé seulement, respectivement, 2 et 4 %. Dans le même ordre d’idée, les volumes de bières artisanales et de spécialités, tout comme le 0 alcool, se sont tout juste effrités de 2 %.

Carlsberg reprend également la publication de ses projections de revenus et profits pour l’année en cours (suspendue pendant toute la période de la crise et du confinement), même si « la situation demeure volatile et incertaine sur beaucoup de marchés » et on doit garder à l’esprit que « les prévisions en matière de profit sont encore significativement plus incertaines que la normale, en raison des possibles évolutions de la pandémie, de la réaction des gouvernements et des réactions des consommateurs » explique le groupe dans la présentation de ses résultats. Du coup, le résultat opérationnel (produits d'exploitation moins les coûts ou charges d'exploitation) serait compris entre – 10 et – 15 % pour l’ensemble de l’année.

L’heure n’est pas encore revenue pour travailler sur l’offre produit et l’augmentation des ventes mais plutôt sur les coûts et les liquidités selon Carlsberg qui parle volontiers aussi de « nouvelles réalités de marché, y compris des changements de préférences chez les consommateurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne