Aller au contenu principal

So’fab : livrer les élevages quoi qu'il en coûte

L’association So’fab travaille collectivement des dossiers comme la demande de dérogation de circulation les week end estivaux ou le dépannage entre adhérents.

Aurélien Simbélie, président de l’association So'fab,créée en 2015, pesant 15% des volumes nationaux.
© Yanne Boloh

La convention de dépannage lancée en 2015 par la So’fab (23 fabricants d’aliments pour animaux en Nouvelle Aquitaine-Occitanie) vise à assurer la continuité des livraisons en élevage en cas d’usine en panne ou empêchée de produire que ce soit par un accident (incendie par exemple) ou, comme ce fut le cas dans le groupe Sanders, car elle a été la cible d’une cyberattaque. Il faut absolument livrer les élevages car les animaux n’attendent pas. La convention fixe les prestations et les prix de fabrication pour le compte de l’adhérent empêché. La So’fab vient d’en actualiser les conditions qui doivent en effet intégrer les éléments de conjoncture que ce soit le coût de l’énergie ou le besoin de reformulation quand les approvisionnements sont impossibles.

L’association a également désormais instauré une demande collective de dérogation pour la circulation des camions de livraison en élevage durant les week end estivaux.

Elle soutient par ailleurs les dossiers nationaux, que ce soit la signature de la charte de lutte contre la déforestation importée de Duralim ou le projet d’une filière de collecte et de recyclage des emballages d’aliments pour animaux lancée par l’Afca-Cial, La coopération agricole – Nutrition animale et le Snia.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne