Aller au contenu principal

Logistique
SNCF Réseau/Voies navigables de France : signature d’une convention pour promouvoir la complémentarité entre le fer et le fleuve

La filiale de la SNCF et l’établissement public entendent « fixer un cadre partenarial de réflexion et d'actions », visant en particulier à faire des études de marché pour identifier les complémentarités, travailler au développement d'une offre commerciale alliant trains et péniches, et de communiquer ensemble auprès des chargeurs et logisticiens.

A gauche, Isabelle Delon, directrice générale ajointe Clients et services de SNCF Réseau et, à droite, Thierry Guimbaud, directeur général de VNF.
© SNCF Réseau

SNCF Réseau et Voies navigables de France (VNF) ont officialisé, le 25 janvier à Lille, la signature d’une convention destinée à favoriser le développement du fret ferroviaire et fluvial. « Les partenaires s’engagent dans une démarche conjointe en faveur de la complémentarité opérationnelle entre les réseaux ferrés et fluviaux et la construction de chaînes logistiques bas carbone, contribuant ainsi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre », indique le communiqué conjoint. « Notre ambition commune, c'est de nous appuyer l'un l'autre pour favoriser le plus qu'il est possible le transfert modal [de la route vers le rail et le fluvial] », a résumé, le 25 janvier à l’AFP, Thierry Guimbaud, directeur général de VNF. Et Isabelle Delon, directrice générale ajointe Clients et services de SNCF Réseau, de souligner : « c'est une demande très, très forte du marché en ce moment d'étudier des solutions de type ferroviaire et fluvial [bien plus respectueux de l'environnement] ».

Cette stratégie concertée va contribuer à la compétitivité des ports, en valorisant et constituant un réseau de plateformes tri-modales.

Un partenariat salué par l’AUTF

« Pour nous, cette convention est positive, car elle va dans le sens de la relance du fret ferroviaire », déclare Valérie Cornet-Ambroise, déléguée aux transports terrestres – routier, ferroviaire et fluvial – de l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF). Et d’ajouter : « bien que, jusque-là, rien n’a vraiment été fait en termes de coordination entre les deux réseaux d’infrastructure, la SNCF a toujours affirmé que les modes de transports étaient complémentaires et non antagonistes ».

Parmi les actions concrètes définies dans le cadre de cette convention (cf. encadré), l’AUTF salue la décision des deux partenaires de « partager leurs arrêts programmés ou impromptus de circulation afin de proposer dans la mesure du possible des solutions de substitution d’un mode vis-à-vis de l’autre », comme indiqué dans le communiqué. « Un point intéressant concerne, de fait, la coordination des travaux programmés et ponctuels avec la possibilité d’utiliser l’un des deux réseaux quand l’autre est fermé à la circulation », explique Valérie Cornet-Ambroise. « Il s’agit de faire en sorte que les trafics de fret de marchandises, comme les céréales, ne soient pas bloqués. »

L’AUTF relève aussi la volonté de SNCF Réseau et de VNF de proposer une offre commerciale conjointe voie ferrée/voie d’eau, répondant aux besoins des chargeurs. « Si nous essayons d’évangéliser le transport multimodal, une démarche commerciale conjointe est la bienvenue pour développer l’intermodalité auprès des chargeurs qui n’ont pas l’habitude [de conjuguer les moyens de locomotion pour livrer leurs marchandises] », reconnaît Valérie Cornet-Ambroise. Et d’ajouter : « il faut convaincre les chargeurs, qui cherchent à réduire leur empreinte carbone, que ce sont des solutions logistiques fiables et compétitifs ».

Selon l’AUTF, « cet accord national serait décliné à l’échelle territoriale pour assurer une collaboration étroite entre les équipes de terrain ». Une très bonne chose pour garantir une réalisation effective des décisions prises. « Le discours est de fait très volontariste pour que le territoire soit, dans l’idéal, desservi par les deux modes de transport, que sont la péniche et le train. Mais au-delà des intentions, il faut voir ce qu’il va en sortir concrètement », insiste Valérie Cornet-Ambroise.

Alors rendez-vous dans un an pour effectuer un premier bilan !

Des actions concrètes pour accompagner les professionnels

L ’ambition de cette convention est de « fixer un cadre partenarial de réflexion et d’actions », explique le communiqué. Il s’agit en particulier :
· d’identifier les possibilités de complémentarité des deux modes en fonction des flux existants et potentiels ;
· de travailler au développement d’une offre commerciale fer / voie d’eau répondant aux besoins pour tous types de marchandises ;
· de communiquer auprès des chargeurs sur les solutions de transport combiné fer / voie d’eau existantes ou sur des offres potentielles « modes lourds » pertinentes pour leurs besoins ;
· de partager les arrêts programmés ou impromptus de circulation afin de proposer dans la mesure du possible des solutions de substitution d’un mode vis-à-vis de l’autre ;
· de mener des actions de promotion et de prospection communes auprès des chargeurs et logisticiens, fédérations professionnelles, etc.
 

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Prix du blé tendre : « On pourrait dans les deux prochains mois tomber autour des 220 $/t »

Les stocks mondiaux de blé sont restreints, mais la Russie reste très agressive sur le marché international.

 

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne