Aller au contenu principal

La Dépêche : le média des acheteurs et vendeurs de grains

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Trafic céréalier
Semaine noire pour l’activité portuaire hexagonale

Alors que les transports publics semblent reprendre petit à petit, la grève au niveau transport de marchandises s’est accentuée.

Terminal portuaire de Sénalia au port de Rouen
© Sénalia

À la grève des cheminots sont venues s’ajouter celles des dockers puis des remorqueurs, paralysant momentanément certaines zones portuaires. De mardi à jeudi, plusieurs ports français (Opération « Ports morts » à Dunkerque, Le Havre, Rouen, Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle, Bordeaux et Marseille/Fos) ont vu leur trafic très nettement ralenti par le débrayage d’une partie de son personnel. Des arrêts qui ont largement entamé l’activité de terminaux portuaires céréaliers. Ainsi l’exportation, notamment de blé tendre, mais aussi l’importation, de tourteaux pour la nutrition animale ont été mises à mal.

Une dizaine de bateaux retenus à Rouen

« Depuis mardi, aucun bateau n’entre ou ne sort du port du Havre », indiquait le 15 janvier au quotidien Les Échos, le gestionnaire du premier port français pour le commerce extérieur, reflétant le marasme que vivent actuellement l’ensemble des grands ports français.
Certains silos céréaliers ont même reçu la visite de grévistes bloquant leur trafic notamment Sénalia. Le groupe a été empêché de réceptionner de nombreux camions mardi, mercredi et jeudi, rapportait Alain Charvillat, directeur Export Céréales de Sénalia, vendredi. « Près de 1 500 rendez-vous ont été perdus, soit 45 000 t de marchandises ». Et le directeur, n’est pas plus optimiste pour la semaine prochaine. Côté bateaux, leur maintien dans les eaux rouennaises entraîne aussi des surcoûts avec des surestaries qui s’accumulent. « Retenir un handysize coûte 15 000 $/j », rappelle le directeur, ajoutant que rien qu’au niveau du port de Rouen, une dizaine de bateaux étaient actuellement bloqués, soit 150 000 $/j de surestaries.
Des désagréments que connaissent actuellement l’ensemble des ports touchés par la grève.
« Nous n’avons jamais été autant ennuyés par des grèves que ce mois-ci. Si le trafic semble reprendre au niveau des transports publics, c’est l’inverse pour les professionnels » regrette Alain Charvillat. « Nous avons pu charger 600 000 t de grains en décembre, pour janvier sur les 500 000 t escomptées, il en reste 390 000 t à réaliser ».

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-François Arnauld président de Duralim (2020)
"Notre objectif est d’atteindre 100% d’approvisionnements durables pour toutes les matières premières"
Agriculteur et éleveur en Charente Maritime, Jean-François Arnauld a été élu, le 30 janvier, président de Duralim, la…
Recul annuel de la surface de blé dur française de 4-5 % selon Arvalis-Institut du végétal
Les pluies automnales expliquent la baisse de la surface de blé dur en France. Un risque haussier sur les prix persiste, dans un…
Roquette annonce un plan de sauvegarde de l’emploi

Roquette a annoncé lors d’une réunion du CSE, le 23 janvier, un plan de sauvegarde de l’emploi, concernant la…

Succès de la bourse du Nouvel An et de l’Exécution malgré les difficultés de transport

On pouvait se poser la question : les adhérents d’Agro Paris Bourse seraient-ils en mesure de venir assister à cette…

« Nous connaissons une crise du multilatéralisme »
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Demeter 2020, rencontre avec Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats…
Paris Grain Day : consensus légèrement haussier en céréales et oléagineux
Les intervenants présents au Paris Grain Day, vendredi 31 janvier, recommandent de porter une attention particulière au soja…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 33.33€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La Dépêche
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez la revue La Dépêche au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter La Dépêche