Aller au contenu principal

Technologie
Sécuriser les échanges avec la blockchain

Le Syndicat de Paris se penche sur le potentiel de la blockchain, tout en tenant compte de ses limites. Explications de Bernard Valluis, vice-président du Syndicat de Paris.

© DR

Le Syndicat de Paris a pour projet d’offrir aux adhérents un service plus souple et plus économe concernant l’exécution des contrats respectant les critères Incograin, révèle Bernard Valluis, vice-président du Syndicat de Paris. La blockchain peut être un moyen d’arriver à cette fin, selon lui, apportant sécurité, confiance et traçabilité.

Dans ce cas précis, les actifs digitalisés seraient les contrats Incograin (qui deviendraient des jetons ou Token en anglais). Et le Smart Contract aurait un intérêt tout particulier. « Il est possible d’inscrire au fur et à mesure les étapes de l’exécution d’un contrat grâce au Smart Contract. Par exemple, si l’étape livraison marchande est validée, l’action paiement pourra être déclenchée automatiquement », souligne Bernard Valluis. Le côté infalsifiable des documents est aussi un atout aux yeux du Syndicat de Paris.

Autre intérêt : la possibilité de dématérialiser les actions, source d’économie. « La transmission d’informations, telles que les résultats d’analyses, les bordereaux d’expédition, l’ouverture de lettre de crédit… se fait par mail, téléphone, Chronopost, etc. Tout cela consomme du papier et du temps, des coûts qui pourraient être supprimés par la blockchain », se réjouit le vice-président du Syndicat de Paris. Dans ce projet, le courtier y trouverait son compte, en enregistrant, par exemple, les transactions pour le compte des parties, précise-t-il.

Un coût d’implantation et de fonctionnement pas négligeable

Mais la blockchain connaît des limites. D’abord, le coût financier. « Il s’agit d’une technologie de pointe. Nous souhaiterions une blockchain de type ouverte, et regroupant un grand nombre de participants. Or, plus il y a d’utilisateurs, plus le coût est élevé : 1 ou 2 M€. Ajoutons à cela des coûts de fonctionnement à couvrir par des commissions versées pour chaque enregistrement dans la blockchain. »

Ensuite, certaines tâches sont très difficiles à automatiser. « Les opérations simples comme les transferts en silo peuvent être aisément traitées par la blockchain, contrairement à d’autres formules, faisant appel à des moyens de transport pour les livraisons. Se pose ensuite le problème des défauts d’exécution des contrats et des conditions de déclenchement des procédures de litige. De fait, toute dispute conduit à l’interruption du traitement automatique de l’exécution d’un contrat avec la mise en œuvre de la clause compromissoire par laquelle les parties donnent leur accord pour porter l’affaire en arbitrage. Ainsi les niveaux de complexité des contrats comme les causes diverses qui peuvent conduire aux interruptions d’exécution sont autant de difficultés pour l’utilisation de la solution du Smart Contract », témoigne-t-il.

Enfin, si le côté infalsifiable de l’information est un gros avantage, « l’erreur est aussi infalsifiable. Si une erreur dans la saisie des données est constatée, on ne peut revenir en arrière, et cela peut générer des “bugs” », argue Bernard Valluis, source de confusion et de perte de temps. Ainsi, le Syndicat de Paris est encore en cours de réflexion.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
1,3 Md€ de chiffre d'affaires en 2020 pour la branche agricole d’Agrial
La branche agricole de la coopérative a moins souffert que les autres segments d’activité. L’activité globale a légèrement reculé.
Impact du gel : seulement 900 000 ha de colza en France en 2021, selon la Fop
Les plus fortes inquiétudes concernant l'état des cultures de colza sont concentrées dans le Sud-Ouest, le nord-Est et la…
Groupe Avril : finances dans le vert, Saipol renoue avec les bénéfices
L’Ebitda du groupe Avril grimpe à 243 M€ en 2020, en hausse de 42,9 % par rapport à 2019. Toutefois, la pandémie de Covid-19 a…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Ynsect achète Protifarm
Le spécialiste français de la production d’ingrédients naturels à base d’insectes acquiert l’entreprise néerlandaise produisant…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne