Aller au contenu principal

Protéines végétales en alimentation humaine
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne

Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».

Le site de Roquette à Vic-sur-Aisne
© Roquette

Le géant français des ingrédients Roquette a annoncé, ce vendredi 10 septembre 2021, l’ouverture d’un centre d’expertise de 2 000 m2 sur son site déjà existant de Vic-sur-Aisne dans l’Aisne, entièrement dédié aux protéines végétales. Il s’agit d’une structure « accélérateur en R&D » qui va permettre à Roquette d’élargir « le champ des possibles en termes d'innovation alimentaire, de développement de nouvelles protéines et de nouvelles technologies de production ». Tout ceci s’inscrit dans l’idée de renforcer la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale », comme l’indique le communiqué publié par le groupe.

« Ce centre sera un atout majeur pour concevoir les futurs procédés technologiques qui apporteront de nouvelles propriétés aux protéines végétales. L'expertise, l'innovation et les technologies sont essentielles pour anticiper les tendances du marché alimentaire et offrir de nouvelles expériences gastronomiques » précise par ailleurs le communiqué.

RoquetteSiteVicsurAisne2

Vision mondiale pour les protéines végétales

La direction de Roquette affirme ainsi sa volonté de mettre sur le marché « plusieurs nouvelles sources de protéines tous les cinq ans », comme elle le faisait pour les protéines historiquement développées par le groupe (pois et blé) mais sur un cycle plutôt de trois ans.

Les notions de nouveauté, de saveur et de nutrition seront les fils rouges de ce nouveau développement dans la vie du groupe. Les nouvelles protéines viendront se placer sur le segment des ingrédients favorisant le développement des alternatives à la viande et aux produits laitiers, en plein boum à l’heure actuelle.

Lire aussi : NotCo lève 235 M$ pour développer de nouvelles alternatives aux produits carnés et laitiers

Un investissement de 11 M est prévu dans ce nouveau centre d'expertise avec la volonté de ne pas seulement développer des nouvelles choses mais de les développer en respectant aux besoins des clients et des consommateurs.

L’opération entamée sur le site de Vic-sur-Aisne prend place dans un plan beaucoup plus vaste de 500 M€ autour des protéines végétales : investissement dans un site de protéines végétales texturées à Horst aux Pays-Bas et construction de la plus grande usine de protéines de pois au monde à Portage la Prairie au Manitoba (Canada), dont la production va débuter avant la fin de l’année. Ces différents volets doivent permettre à Roquette de s’assurer que l’ « approvisionnement en protéines végétales soit sûr, durable et pérenne ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne