Aller au contenu principal

Roquette investit pour renforcer son offre sur le marché des polyols

Roquette, spécialiste des ingrédients d’origine végétale, modernise ses équipements sur son site de Lestrem (Hauts-de-France), afin de sécuriser son approvisionnement à travers le monde en polyols, issus du maïs et du blé.

Roquette investit 25 M€ dans les polyols liquides et en poudre sur son site de Lestrem (Hauts-de-France).
© Roquette

« Aujourd'hui, Roquette est reconnu comme un leader mondial des polyols. […] Grâce à cet investissement, nous allons désormais renforcer la fiabilité de l'approvisionnement et notre empreinte industrielle mondiale », se réjouit Pascal Leroy, sénior vice-président responsable des ingrédients essentiels de Roquette.

Un investissement de 25 M€

Cet investissement, qui se monte à 25 M€ entre 2022 et 2024, va permettre à Roquette « d'améliorer l'efficacité des équipements et de renforcer les standards de sécurité », indique le communiqué en date du 22 mars. La standardisation de certaines opérations industrielles permettra d’accroître les performances de production du site de Lestrem (Hauts-de-France), « la plus grande usine de polyols au monde ». L’objectif de l’industriel est d’« améliorer le process existant et travailler sur sa flexibilité, tout en renforçant les exigences liées à la sécurité et en améliorant l’environnement de travail », ajoute le porte-parole de Roquette.

Des débouchés multiples sur un marché porteur

Provenant de la partie glucidique (amidon) du maïs ou du blé, les polyols représentent une alternative au sucre dans les produits agroalimentaires et sont utilisés comme excipients dans les médicaments. Concernant les secteurs de la boulangerie et du snacking, l’édulcorant de charge SweetPearl (maltitol) représente « la seule solution imitant parfaitement le goût et la texture du saccharose », permettant de cibler les allégations nutritionnelles relatives à la teneur en sucre ou à la réponse glycémique des produits, précise le représentant de Roquette. Parmi les autres polyols commercialisés par l’industriel, on peut citer : Neosorb (sorbitol), Lycasin (sirop de maltitol), Pearlitol (mannitol), Xylisorb (xylitol) et Polysorb (isosorbide).

Les gammes spécifiques de polyols produits de Lestrem sont exportés partout dans le monde. Roquette a, par ailleurs, créé d’autres unités de production de polyols en France, aux États-Unis et, plus récemment, en Chine.

« Portée par la croissance d’une alimentation et d’un mode de vie plus sains, la demande en solutions nutritionnellement équilibrées et durables augmente de fait de manière significative », note Roquette. Selon Euromonitor, le marché des produits alimentaires équilibrés devrait connaître une augmentation d'environ 15 % en valeur entre 2021 et 2026, précise le communiqué.

Un approvisionnement en maïs et blé sous haute surveillance

Concernant l'approvisionnement en blé et en maïs, Roquette favorise « un approvisionnement durable et responsable de proximité, en optimisant les moyens de transport afin de combiner rentabilité économique et faible empreinte environnementale », déclare le porte-parole de Roquette. 

Par ailleurs, l’entreprise renforce de manière continue ses liens avec ses fournisseurs de matières premières ainsi que la qualité de celles-ci « en définissant précisément ses besoins, en sélectionnant ses fournisseurs et en renforçant la chaîne de contrôle Qualité depuis les terres agricoles jusqu’aux usines », détaille-t-il.

Pour rappel, Roquette valorise 2 Mt de matières premières végétales par an (maïs et blé) sur le site de Lestrem, pour l’ensemble de ses gammes de produits.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Alimentation animale : l'année 2022 sera encore plus tendue, selon Nutrinoë
Après une baisse de 2% des volumes d’aliments pour animaux produits en Bretagne en 2021, les fabricants bretons réunis au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne