Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Industrie
Résultat net du groupe Avril en hausse de 119 % entre 2018 et 2019, à 35 millions d'euros

Le géant agro-industriel français déclare que ses résultats financiers 2019 ont dépassé ses espérances, notamment grâce à l'amélioration des marges de sa filiale industrielle Saipol.

© Hans-Pixabay

Le groupe Avril a présenté, le 30 avril, ses résultats financiers 2019. Selon ces derniers, l'année 2019 s'avère être de bonne facture : « le groupe a réalisé une belle performance en 2019 et dépassé ses objectifs, avec un Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements) à 170 millions d’euros (M€), en hausse de 11 % par rapport à 2018, confirmant ainsi sa dynamique de progression, en ligne avec son plan stratégique Avril 2023 », rapporte le géant agro-industriel. Le résultat net de l'entité augmente de 119 % entre 2018 et 2019, s'élevant à 35 M€.

Léger effritement du chiffre d'affaires, à 5,841 Md€

La baisse annuelle du chiffre d'affaires de 4 %, à 5,841 milliards d'euros (Md€), n'inquiète pas le groupe Avril, qui justifie ce léger repli par « la volatilité du cours des matières premières et la baisse des volumes des activités d’Avril Végétal (incluant la filiale Saipol) ». L'entité précise d'ailleurs que les performances financières d'Avril Végétal s'améliorent, avec un Ebitda en progression annuelle de 15 M€, à 60 M€. « Les activités de Transformation Végétale ont bénéficié de la bonne tenue de Saipol, qui - malgré l’impact de la grève dans une partie des usines en début d’année - réalise de meilleurs résultats sur l’année, soutenus par une amélioration de ses marges », explique Avril. Sa filiale roumaine Expur, spécialisée dans la collecte et la transformation de graines de colza et de tournesol en Roumanie, présenterait de bons résultats, autre argument confirmant la meilleure santé d'Avril Végétal.

Le groupe rapporte « une restauration de la profitabilité de la marque Lesieur en France et de bonnes performances en Algérie ». En revanche, Lesieur Cristal voit ses performances reculer quelque peu, conséquence d'un marché local très concurrentiel. Aucun chiffre précis n'a pour le moment été communiqué pour étayer ces affirmations.

Bonnes performances de l'activité nutrition animale

Avril Filières d'Elevages, intégrant notamment l'activité de nutrition animale de marque Sanders, présente un Ebitda de 25 M€ l'an dernier, en hausse de 3 M€ par rapport à 2018. Ceci en raison « d’un contexte favorable sur les prix des matières premières et des productions animales, en particulier le lait et le porc ».

Enfin, Sofiprotéol, qui a notamment participé au rachat par Axéréal de Cargill Malt, a contribué en 2019 pour 10 M€ à l'Ebitda du groupe. Avril estime ses fonds propres à 1,7 Md€, un chiffre stable par rapport à 2018.

« Si la crise actuelle souligne l’importance de nos métiers et de notre mission - nourrir les hommes et les animaux -, elle incite forcément à la prudence pour les prochains mois. Pour autant, malgré les incertitudes pesant sur la conjoncture mondiale, je reste confiant pour l’avenir du groupe. La qualité de nos fondamentaux et les résultats 2019 confirment que nous sommes sur la bonne voie et nous allons garder ce cap pour continuer à créer de la valeur, au service de la filière », s'est exprimé Jean-Philippe Puig, directeur général du Groupe et gérant d’Avril SCA.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Coronavirus Covid 19] Moulin de la Chaume : « Nous avons adapté notre production et certaines choses mises en place perdureront »
Rachel Rossetto, directrice générale de Moulin de la Chaume (La-Voulte-sur-Rhône, Ardèche) appartenant au groupe …
Cultures céréalières : « des situations irrattrapables dans certains secteurs de l'Hexagone »
Selon Arvalis-Institut du végétal, la principale préoccupation pour les cultures de blé et d’orge françaises est actuellement le…
[Covid-19] Démarrage dans l’incertitude pour la première coupe de luzerne 
La première coupe de luzerne a commencé plutôt vers fin avril. Les acteurs sont confiants en dépit des incertitudes de marché. Le…
[Coronavirus Covid 19] Banque de France : nouvelles perspectives d’activités et de croissance économiques en agriculture et agroalimentaire
Comme chaque mois, la Banque de France vient de publier son enquête mensuelle de conjoncture. Le point par rapport au mois…
[Covid-19] Nutrition animale : les approvisionnements ont tenu mais l’année 2020 observera une forte baisse 
Les président de la La coopération agricole, Jean-Luc Cade, et du Syndicat des industriels de la Nutrition animale, François…
Vers une récolte française de blé tendre 2020 à 32-33 Mt ?
Les pluies courant mai ont globalement été insuffisantes pour rattraper le potentiel de production des cultures d’hiver. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne