Aller au contenu principal

Prises de becs

La défaillance du volailler finistérien Doux n’aura été une surprise ni pour ses employés, ni pour ses partenaires professionnels qui ont vu les problèmes s’accumuler au fil des années. C’est la décision unilatérale du patron, Charles Doux, de déposer le bilan plutôt que de donner une chance aux solutions de sauvetage, sur le point d’être mises en place, qui a davantage surpris. Surpris pour ne pas dire agacé les parties prenantes, et notamment le gouvernement, alors que des milliers d’emplois sont en jeu. « Le choix de déposer le bilan est de la seule responsabilité de Charles Doux », a tenu à préciser Stéphane Le Foll. « Il va falloir qu’il comprenne que, aujourd’hui, si on doit venir en aide (...) ça se fera à des conditions », a-t-il par ailleurs déclaré, critiquant au passage la pertinence des décisions prises par le chef d’entreprise ces dernières années. Mais Charles Doux se défend : « En aucun cas, cette déclaration de cessation de paiement n’a été clandestine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne