Aller au contenu principal

Nutrition animale
Œufs : les poules sortent des cages à toute allure

Avec un peu plus de 2,2 Mt/an d’aliments, les poules pondeuses représentent un bon quart des aliments Volailles produits en France. Depuis trois ans, les œufs issus de productions alternatives représentant 42,2 % du marché.

NickyPE (Pixabay)

Avec une production d’œufs quasi stable (-0,4 %), à 14,3 milliards d’œufs (soit 889 000 t), la France représente 12,3 % de la production européenne qui, quant à elle, progresse de 2,2 %, à 116 milliards d’œufs. L’Hexagone contribue toutefois largement plus dans le segment des œufs issus de productions alternatives, puisqu’il représente 20 % des effectifs européens de poules bio et 16 % des effectifs de plein air. En 2016, la filière s’est fixée l’objectif de dépasser une poule sur deux en production alternative aux cages aménagées d’ici 2022, une position reprise dans les récents plans de filières. Le marché dicte toutefois une accélération du processus sous la pression, notamment, des ONG et des annonces, tant des distributeurs que de la restauration rapide.

La part des poules en élevage alternatif a ainsi plus que doublé en dix ans : 19 % en 2008, 36,7 % en 2017 et 42,2 % en 2018. Les poules de plein air en représentent la plus importante part (16,4 % du cheptel) suivies par les poules bio (12,9 %), les poules élevées au sol en bâtiment (8 %) et les poules Label rouge (5 %). Entre 2017 et 2018, le nombre de poules passées en élevage alternatif a crû de 9 %. D’où l’exaspération des acteurs de la filière face aux intrusions de l’association “L214 éthique et animaux” dans les élevages et les actions conduites contre le groupe Avril à Rennes, le 18 avril.

L’origine France, un critère de choix

Outre le mode d’élevage, les Français privilégient l’origine des œufs qu’ils achètent. La démarche “Œufs de France”, lancée en 2018 dans la suite de “Pondu en France”, garantit l’origine de toute la chaîne (accouvage, élevage, aliments certifiés Oqualim, emballage, transformation). Se sont déjà engagés 22 centres d’emballages et entreprises fabriquant des ovoproduits (56 sites de production) et 9 enseignes de la distribution (Casino, Carrefour, Franprix, Leader Price, E.Leclerc, Lidl, Metro, Monoprix, Promocash). Les produits transformés avec des œufs (biscuits, brioches, plats préparés, pâtes…) devraient bientôt pouvoir porter le logo, le cahier des charges et le plan de contrôle étant en cours d’élaboration.

 

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne