Aller au contenu principal

Nutrition animale : les fabrications d'aliments composés en nette baisse au premier semestre

La réalité des chiffres a dépassé les prévisions déjà pessimistes établies en début d'année. Et il ne faut a priori pas compter sur la seconde partie de l'exercice pour redresser la barre, s'alarme le Snia.

© Alexas_Fotos-Pixabay

Selon le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia), les chiffres de la production française d'aliments pour animaux sur le premier semestre de 2022 « ne sont pas bons du tout ». 

Sans dévoiler de chiffres précis, qui seront présentés lors de la conférence de presse annuelle du Snia, le 31 août prochain à Paris, Stéphane Radet, directeur du Snia, a indiqué, le 9 août, que « la dégradation des volumes fabriqués va au-delà des estimations de début d’année ».

Le syndicat témoigne d’« une réelle inquiétude » quant à la situation des industriels de la nutrition animale française, qui a été « très compliquée au premier semestre ». Cette dernière ne devrait pas s’améliorer au vu des perspectives d’activité sur le second semestre de 2022, qui « ne s’annoncent pas meilleures », selon le directeur du Snia.

Rappelons que, d’après la dernière lettre mensuelle de conjoncture, éditée par La Coopération agricole Nutrition animale et le Snia, et publiée le 19 juillet, « en mai 2022, avec trois jours ouvrés de plus qu’en 2021, la production nationale d’aliments composés [était] en retrait de 8,4 % par rapport à mai 2021 », à 1 424 200 t. Et que, sur janvier-mai 2022, les représentants des fabricants d’aliments composés français enregistraient déjà une baisse de 5 % de la production nationale par rapport à la même période en 2021, à 7 788 500 t.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) fait le point sur la hausse des coûts de…
Marché mondial des céréales - Sebastien Abis : « Le danger, c’est l’interdépendance sans coopération ni solidarité »
Spécialiste de la sécurité alimentaire mondiale et prospectiviste, Sébastien Abis répond à nos questions dans le contexte de…
La nutrition animale recherche plus de sobriété énergétique
La nutrition animale, consommatrice d’électricité mais aussi de gaz pour la granulation, cherche des solutions pour une plus…
Le groupe Avril lève 1,18 milliard d'euros
Le groupe Avril espère accélérer son développement et "devenir le leader des solutions végétales". Les fonds levés auprès des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne