Aller au contenu principal

Nutrition animale : des commandes erratiques au premier semestre 2020

Chaque semaine diffère de la précédente sur les demandes d’aliments pour animaux, hors des filières organisées. Certains segments (canards, pintades...) souffrent; d’autres (porc et pondeuses) se portent plutôt bien.

Tout se jouera au second semestre sous l’effet de trois facteurs : la sécheresse, le poids des stocks de viande, la dynamique de la relance.
© Yanne Boloh

Le premier semestre a, au total, frôlé les -1,5 % en production d’aliments complets pour animaux en France, un moindre mal face à la situation sanitaire et économique. Le secteur, au cœur de la crise du Covid-19, a montré sa capacité à tenir. Les estimations pour l’année 2020 s’affichaient à -4 % en volume. Mais cet été, les structures professionnelles tempèrent un peu ce pessimisme car les productions se maintiennent dans les grandes lignes, même si la tendance sera incontestablement négative. Certains segments sont sinistrés comme le canard à rôtir et, dans une moindre mesure, le canard gras, le cheval, la caille et la pintade, qui tous affichent des retraits entre -8 et -10 %, voire pire, depuis janvier.Dans les points positifs, le porc progresse durant le premier semestre comme la pondeuse. Le premier est porté par les problèmes sanitaires à l’international et la seconde par la poussée de la demande en œufs par des consommateurs qui se remettent en cuisine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Céréales/Oléagineux : « La bourse des grains du 11 septembre se présente bien malgré la crise que nous traversons »
Dans le contexte exceptionnel de Covid-19 et de faible récolte de grains français, le président d’Agro Paris Bourse, Baudouin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne