Aller au contenu principal

La Dépêche : le média des acheteurs et vendeurs de grains

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mouvements sociaux
L’export céréalier et la nutrition animale aux abois

La poursuite des grèves dans le secteur portuaire inquiète sérieusement les professionnels qui redoutent des pertes de parts de marché et de cheptel.

© Sénalia

La filière Grains a de nouveau fait face à une semaine à l’opération « Ports Morts » prévoyant le blocage de l’activité du mardi 20 à jeudi 23 janvier. L’acheminement des marchandises au sein des ports et vers les navires a une fois de plus été très perturbé, mettant à mal les exportations de blé notamment mais aussi les approvisionnements en matières premières importées, tourteaux de soja en tête.

Risque de pertes de marchés pour le blé hexagonal

Au-delà même du coût généré par les paralysies ponctuelles observées ces deux dernières semaines, c’est la réputation de la filière française qui est en jeu. « Des bateaux que nous aurions dû charger fin janvier, début février commencent à se positionner sur d’autres ports que les ports français », a déclaré Jean-François Lepy, directeur général de Soufflet Négoce et référent logistique Intercéréales, le 21 janvier à l’AFP, citant en premier lieu l’Allemagne, ainsi que les pays de la Baltique et de la mer Noire. Selon ses estimations, 500 000 à 700 000 t pourraient être perdues au terme de ces trois nouvelles journées de grève. « On est à un point d’inflexion : si la grève se prolonge la semaine prochaine, des flux à l’export seront perdus », a-t-il indiqué deux jours plus tard. Une grève qui tombe d’autant plus mal que la France a engrangé une belle récolte et que la filière est « en phase de reconquête au Maroc, en Afrique de l’Ouest, face à la concurrence de la Russie qui avait gagné des parts de marché ces deux dernières années », regrette-t-il.

La nutrition animale à la peine

Concernant l’industrie intérieure, les approvisionnements en tourteaux de soja sur la façade Atlantique ont été particulièrement difficiles. Pour autant, les industriels de la nutrition animale ont réussi à sauver le principal, c’est-à-dire les livraisons à destination des élevages qui jusqu’ici n’ont pas été privés d’aliments. La semaine dernière, 6 usines auraient été contraintes d’arrêter la production. Mais les sites concernés ont pu rattraper une partie du retard le week-end et les jours suivants. « Les industriels ont beaucoup travaillé » pour remédier à l’absence matières premières protéiques importés, notamment les tourteaux de soja, explique Stéphane Radet, directeur du Syndicat des industriels de la nutrition animale. « Nous avons mis en place une cellule téléphonique avec le Snia, Coop de France, Nutrinoë et le Synacomex pour partager nos informations et anticiper au mieux ». Concernant d'éventuels surcoûts, « il est trop tôt pour les chiffrer au niveau des Fab, mais il y en aura malgré tout », estime-t-ilEt ce d’autant que les cours sont actuellement haussiers et que des reformulations ont été nécessaires pour se passer des tourteaux de soja, forçant ainsi les industriels à racheter des matières premières, parfois éloignées, sur le marché spot.
Du côté des meuniers en revanche, l’impact des grèves des transports en règle général reste très limité, l’essentiel des livraisons étant assuré par des flottes de camions internes aux entreprises. « Nous n’avons pas noté de complications particulières tant à autour de Paris qu’en région », a déclaré Aurore Bescond, secrétaire générale adjointe de la Meunerie française (ANMF).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-François Arnauld président de Duralim (2020)
"Notre objectif est d’atteindre 100% d’approvisionnements durables pour toutes les matières premières"
Agriculteur et éleveur en Charente Maritime, Jean-François Arnauld a été élu, le 30 janvier, président de Duralim, la…
L’export céréalier et la nutrition animale aux abois
La poursuite des grèves dans le secteur portuaire inquiète sérieusement les professionnels qui redoutent des pertes de parts de …
Recul annuel de la surface de blé dur française de 4-5 % selon Arvalis-Institut du végétal
Les pluies automnales expliquent la baisse de la surface de blé dur en France. Un risque haussier sur les prix persiste, dans un…
Roquette annonce un plan de sauvegarde de l’emploi

Roquette a annoncé lors d’une réunion du CSE, le 23 janvier, un plan de sauvegarde de l’emploi, concernant la…

Succès de la bourse du Nouvel An et de l’Exécution malgré les difficultés de transport

On pouvait se poser la question : les adhérents d’Agro Paris Bourse seraient-ils en mesure de venir assister à cette…

« Nous connaissons une crise du multilatéralisme »
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Demeter 2020, rencontre avec Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 33.33€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La Dépêche
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez la revue La Dépêche au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter La Dépêche