Aller au contenu principal

Consommation
Les Français privilégient de plus en plus les pâtes alimentaires

Une étude publiée par FranceAgriMer pointe un véritable changement intergénérationnel dans les habitudes alimentaires relatives aux féculents.

© Pixabay

Les féculents continuent d’occuper une place de choix dans le bol alimentaire des consommateurs français. Et ce n’est pas près de s’arrêter à en croire une étude publiée par FranceAgriMer, le 9 janvier. Le budget par an alloué aux féculents, qui s’établit à 89,50 € en moyenne par ménage selon Kantar Worldpanel, n’a cessé d’augmenter année après année. En valeur, les pâtes tiennent le haut du panier, représentant 40 % (36 €) de ce montant. Suivent les pommes de terre à 30 % (26,50 €), les pommes de terre transformées à 18 % (16,50 €) et le riz à 12 % (10,50 €), sur une moyenne calculée entre 2013 et 2017.

L’étude pointe un véritable changement intergénérationnel dans les habitudes alimentaires concernant les féculents. Chez les moins de 35 ans, le budget féculent est largement dominé par les pâtes qui en représentent la moitié (49 %).

Les seniors s’y mettent aussi

A contrario, la tranche d’âge “65 ans et +” est celle qui en consomme le moins (31 % du budget féculent). Mais cette réalité serait sur le point de changer. Ainsi, la part des pommes de terre fraîches, pourtant en tête des achats en quantité chez les ménages (26 kg contre 15 kg de pâtes en 2017), diminue dans toutes les tranches d’âge au profit des pâtes et/ou des pommes de terre transformées. Rien que pour les pâtes, leur part en volume (dans le budget féculent) a augmenté, depuis 2017, de 17 % à 19 % chez les “65 ans et +”. Autre indication du rapport, les pâtes, à l’instar des pommes de terre transformées, sont davantage consommées chez les ménages aux revenus plus modestes : environ 10 kg achetés par unité de consommation (près de 7 kg chez les populations les plus aisées).

Les plus lus

À qui profitent vraiment les dons de blé russe?

Li Zhao Yu, Yann Lebeau, Roland Guiraguossian et Delphine Drignon, experts du département relations internationales…

Crues dans l'Yonne : quelques questionnements sur les rendements à venir

Les pics de crues atteints, tout va dépendre maintenant de la rapidité des eaux à baisser.

Pourquoi le Maroc devrait encore importer beaucoup de céréales en 2024/2025?

Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, a fait le…

Oléagineux - Comment Saipol va accroître ses capacités de trituration à Sète et Lezoux

L'usine de Sète de la société Saipol, filiale du groupe Avril, triture de la graine de colza, tandis que celle de Lezoux broie…

Incendie - Quand va redémarrer l'usine de trituration de colza de Sète de Saipol ?

L'usine de Saipol dispose d'une capacité annuelle de trituration de graine de colza de 600 000 t à 700 000 t. L'unité d'…

L'Inde redevient importateur en blé malgré une production record

L'Inde continue d'être un gros consommateur de blé.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne