Aller au contenu principal

Commerce des grains
Légumes secs, millet, sarrasin, épeautre, et colza érucique au menu du Syndicat de Paris

Le syndicat de Paris, qui édite notamment les Incograins, a été rejoint par la fédération nationale des légumes secs en 2020 et publiera prochainement des addenda spécifique à cette filière

Edward de Saint-Denis, président du Syndicat de Paris du commerce et des industries des grains, produits du sol et dérivés, et July-Anne Grandvaux-Doléans,assistante de direction.
© Rodolphe de Ceglie

Notamment chargé de « l’harmonisation des règles et usages commerciaux en vigueur », le Syndicat de Paris du commerce et des industries des grains, produits du sol et dérivés, a tenu son assemblée générale le 8 juillet et a rendu compte de son activité et de ses futurs projets dans son rapport moral.

L’exercice 2020 a été riche entre la publication du livret de l’histoire du Syndicat, la mise en ligne du nouveau site internet avec un espace dédié à la CSA-GTP et les publications des supports contractuels. Dans ces derniers, les jours ouvrables et les horaires pour la transmission de messages écrits sont désormais harmonisés comme la clause courtage et la nouvelle procédure pour odeur ou flair. Côté addenda, le Ier couvre désormais le millet, le sarrasin et l’épeautre, le VI les graines de colza éruciques, le IX intègre une teneur en eau pour les graines de soja tandis que les XII et XII bis ont fait l’objet d’une mise à jour de norme pour la mesure des impuretés du sorgho.

Le programme du prochain exercice promet d’être chargé au regard des groupes de travail prévus pour les prochains mois. En particulier, pour faire suite à l’arrivée de la Fédération Nationale des Légumes Secs au sein du Syndicat de Paris, ce dernier s’intéressera à « la création d’un ou de plusieurs addenda techniques pour les légumes secs avec examen de la méthode ISO 605 ». Toujours côtés grains, sont également prévues la mise à jour de l’addendum VIII pour le riz et de l’addendum IV pour l’orge de brasserie qui fera l’objet d’une étude « en vue de l’intégration d’une ou de plusieurs nouvelles méthodes d’analyse pour la mesure de la teneur en pureté variétale ».

Légumes secs et Egalim

Durant le dernier exercice, la FNLS est devenue membre du Syndicat de Paris à qui elle a confié la réécriture, pour une mise à jour (la dernière version datant de 1998), de son code de règles et usages (Rulegs). Le document est entré en vigueur au 1er juillet.

Côté politique, en appui d’Intercéréales, Edward de Saint-Denis, président du Syndicat de Paris, a fait entendre la voix du commerce des matières premières agricoles dans le cadre des discussions autour de la loi Egalim 2. A ce titre « il est navrant de constater la méconnaissance de l’organisation de notre commerce, depuis plus de 150 ans, de son importance dans les échanges internationaux, de sa solidité même en période de crise sanitaire et de la nécessité de préserver nos marchés à terme ! », regrette le Syndicat dans son rapport moral.

Enfin les élections annuelles ont conclu l’assemblée en renouvelant le conseil d’administration augmenté de Mmes Lucile Talleu de LCA-MG, Anne-Hélène Leroy du SNIA et M. Pierre Garcia-Benque de l’ANMF.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne