Aller au contenu principal

Marché de la protéine
La nutrition animale en manque de tourteau de soja non OGM !

La différence de prix entre tourteau de soja non OGM et OGM dépasse les 300 €/t au 20 mai 2021, rapportent des courtiers.

© ulleo-Pixabay

Le Syndicat national de l’industrie de l’alimentation animale (SNIA) alerte au sujet du manque d’offre disponible pour les usines françaises en tourteau de soja non-OGM, « indispensables à l’alimentation de plusieurs espèces animales sous cahier des charges », dans sa note de conjoncture du mois de mai publié le 20 mai 2021. En conséquence, les prix de la matière première flambent. « Les fabricants d’aliments font face à une problématique de coûts d’approvisionnement, la formation du prix de ces tourteaux comportant une partie de prime non OGM », peut-on lire.

Plusieurs analystes privés confirment le manque d’offre disponible pour les fabricants d’aliments du bétail français. Le SNIA fait remarquer que la prime, ou différence de prix entre tourteau de soja non OGM et OGM, s'affichait à 85 €/t environ fin 2020/début 2021, pour atteindre 143 €/t au 1er avril 2021. 

Un tourteau de soja non-OGM à 730 €/t départ Huningue !

Au 20 mai 2021, plusieurs courtiers indiquent que la prime dépasse désormais les 300 €/t en spot ! En effet, un prix de 730 €/t départ Huningue pour du tourteau de soja non-OGM, livraison mai-octobre, nous a été communiqué, alors que l’OGM vaut 423 €/t ! Et les prix sur diverses places (Sète, Brest…) ne sont plus disponibles depuis mars-avril, faute d’offre.

Les tourteaux de soja non-OGM proviennent essentiellement du Brésil et de l’Inde. Or, nous sommes actuellement en pleine période d’inter-campagne concernant le Brésil, à savoir que la récolte est en cours. Ainsi, l’offre non-OGM n’est pas encore physiquement disponible.

En Inde, les usines de trituration ont des difficultés à produire, compte tenu d’une logistique intérieure très perturbée par la pandémie de Covid-19 (restrictions de mouvements). Ainsi, les graines ont du mal à arriver dans les usines, et les tourteaux éprouvent également des difficultés à être acheminés aux ports du pays, détaille un analyste privé. « Nous espérons que la situation s’améliore et que davantage d’offre sera disponible en juin-juillet », explique un autre.

 

Les plus lus

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

Météo en Russie : faut-il vraiment s’inquiéter des effets du gel sur le blé tendre ?

Les cours du blé tendre ont fortement progressé sur Euronext ces dernières semaines, compte tenu d’une météo jugée adverse en…

Moisson 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Moisson française 2024 – Hausse des surfaces prévues en maïs, stabilité en tournesol, conditions de culture contrastées en céréales d’hiver

Le service de Statistique et prospective du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire (Agreste) vient de…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne