Aller au contenu principal

Conjoncture / productions animales
Le secteur de l’aviculture connaît une consommation en demi-teinte

Depuis le début de l’année, les filières avicoles françaises doivent concilier hausse des coûts de production et morosité de la demande.

Une fois n’est pas coutume, les filières avicoles françaises subissent la morosité économique ambiante. Les ménages sont plus frileux dans leurs dépenses, en particulier alimentaires. Les volailles ne sont cependant pas les plus à plaindre. Leurs prix en rayon demeurent plus attractifs que ceux du bœuf, du veau ou de l’agneau. De quoi limiter la désaffection des consommateurs. Ainsi, sans être en net repli, les achats en grande distribution peinent à se maintenir depuis le début de l’année. Selon les derniers relevés du panel Kantar, ils ont reculé de 0,2 % en cumul de janvier à la mi-avril comparé à la même période de 2011. Toutes les espèces ne sont toutefois pas logées à la même enseigne. Le poulet, pourtant plébiscité par nos concitoyens, recule (-1,2 %), tandis que le canard (+8,5 %) et la pintade (+1,4 %) renouent avec la croissance. À l’inverse, avec des achats en repli de 3,9 %, la dinde continue de céder du terrain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne