Aller au contenu principal

Coopération
Le groupe Vivadour doit faire face au bouleversement des assolements

Vivadour connaît une baisse de ses surfaces de collecte en maïs, au profit, notamment, du développement du tournesol et des cultures bio.
© Pixabay

«La situation financière des agriculteurs de notre territoire se dégrade et impacte tous les systèmes d’exploitation, du fait de la présence d’une part de productions végétales, dans un contexte de prix mondiaux très bas », s’inquiète Jean-Marc Gassiot-Bitalis, président de Vivadour, dans le “Rapport aux associés 2017/2018”.

Développement d’une agro-chaîne bio

« L’évolution des assolements et la forte progression des productions végétales bio [qui représentent aujourd’hui 15 % des surfaces cultivées par les adhérents] bouleversent les systèmes d’exploitation, explique Franck Clavier. Nous constatons des effets négatifs pour les comptes des agriculteurs, notamment la baisse des surfaces en maïs, culture bien maîtrisée, au profit par exemple du tournesol, dont les résultats restent très faibles dans la région. » Bilan : la collecte de la coopérative Vivadour baisse de 570 000 t en 2015 à 504 000 t en 2016, pour finir à 480 000 t en 2017.

Cependant, « nous mesurons aussi le rôle amortisseur des filières que nous avons structurées grâce à la contractualisation, dans les semences et les productions végétales », affirme Jean-Marc Gassiot-Bitalis. Le groupe Vivadour a défini une politique de structuration d’agro-chaînes végétales, animale et bio (cf. La Dépêche-Le Petit Meunier du 9 janvier 2018). « Œufs bio du Gers, Poulet bio du Gers, viande bio de Vignasse & Donney utilisent déjà nos matières premières végétales bio », illustre Franck Clavier. Ainsi, le chiffre d’affaires 2017/2018 du groupe s’établit à 440 M€ (contre 406 M€ en 2016/2017 et 433 M€ en 2015/2016), pour un résultat net positif de 4 M€. La groupe Vivadour investit structurellement 10 M€ minimum chaque année sur son territoire.

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne