Aller au contenu principal

Conjoncture / productions animales
La filière porcine française s’attend à une production stable à baissière

Les éleveurs français espèrent voir leurs prix de vente repartir d’ici peu à la hausse. Ils pourraient être aidés par le tassement annoncé de l’offre.

Le début 2012 n’aura pas été de tout repos pour la filière porcine française. Après un mois de janvier plutôt poussif, les cours du porc ont fortement progressé, jusqu’à atteindre 1,523 euro le kilogramme fin février. Puis la tendance s’est inversée, et le mois de mars a été marqué par une spirale baissière, qui n’a pris fin qu’en semaine 13. De telles variations en cette saison sont assez inhabituelles et s’expliquent en priorité par l’influence croissante de l’activité export sur notre équilibre de marché. Fin 2011, un net regain d’intérêt des pays tiers pour la viande communautaire avait dynamisé les échanges et tirait les prix vers le haut. Après une pause en raison des fêtes de fin d’année, nos expéditions ont eu tendance à reprendre sur le même rythme à partir de la mi-janvier, confirmant dans le même temps leur effet de levier sur les tarifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne