Aller au contenu principal

A l'heure de la crise énergétique, la Coopération agricole réclame un « pacte de souveraineté »

La Coopération Agricole souhaite notamment pouvoir rediscuter les tarifs en fonction de l’inflation ou de la déflation des coûts de production avec la grande distribution.

© geralt-Pixabay

« L’heure est grave : la situation historique d’inflation de coûts de production que nous connaissons menace réellement la capacité des entreprises à maintenir leurs activités de production. Il nous faut réagir en urgence, il en va de la sécurité alimentaire de notre Nation », prévient Dominique Chargé, président de La Coopération Agricole, lors d’une conférence de presse de rentrée le 22 septembre à Paris. Pour ce faire, « un pacte de souveraineté » est réclamé entre « les acteurs de la filière alimentaire, les consommateurs et les pouvoirs publics », explique un communiqué, induisant de nombreuses actions à mettre en place par le gouvernement.

L’association souhaite que soient reconnues comme mission d’intérêt général les activités agricoles et agroalimentaires. Elle veut également une révision des critères d’éligibilité de prise en charge de la facture énergétique de ses adhérents, incluant une indexation des coûts de l’énergie dans la fixation des prix des produits alimentaires.

Cette mesure requiert par conséquent un changement dans la temporalité des négociations commerciales annuelles avec la grande distribution. En effet, la Coopération veut avoir la possibilité de renégocier les tarifs « en fonction de l’inflation ou de la déflation des coûts de production ». Elle demande également la mise en place d’un moratoire sur les pénalités logistiques, et « la prise en compte des coûts industriels dans l’évolution des prix des produits aux moyens d’indicateurs sur les postes de coûts » : énergie, emballage, frais de logistiques…

Hausse de 350% des prix du gaz, de 380% de ceux de l’électricité entre 2021 et 2022 !

La Coopération agricole rappelle que la rentabilité des entreprises est mise à rude épreuve, encaissant une hausse des prix du gaz de 350% entre 2021 et 2022 et de 380% pour l’électricité, mais aussi des emballages : progression de 40% des prix des matières plastiques et du papier carton. Ajoutons à cela l’arrêt « de 50% des capacités de production d’ammonitrates en Europe », générant des risques de pénurie d’intrants pour les cultures, céréalières notamment.  Certains sites pourraient purement et simplement stopper leur production, prévient l’association.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) fait le point sur la hausse des coûts de…
Marché mondial des céréales - Sebastien Abis : « Le danger, c’est l’interdépendance sans coopération ni solidarité »
Spécialiste de la sécurité alimentaire mondiale et prospectiviste, Sébastien Abis répond à nos questions dans le contexte de…
La nutrition animale recherche plus de sobriété énergétique
La nutrition animale, consommatrice d’électricité mais aussi de gaz pour la granulation, cherche des solutions pour une plus…
Le groupe Avril lève 1,18 milliard d'euros
Le groupe Avril espère accélérer son développement et "devenir le leader des solutions végétales". Les fonds levés auprès des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne