Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine : « Nous avons besoin d’un moratoire de quelques mois au moins sur le maïs énergie »

Nicolas Coudry-Mesny, président d’Eurofac, estime nécessaire un moratoire sur la production européenne d’éthanol à partir de maïs.

Nicolas Coudry-Mesny, président d’Eurofac et vice-président de la Fefac.
© Fefac

Acheteur pour Soal (Maïsadour), Nicolas Coudry-Mesny tirait, dès le 26 février, la sonnette d’alarme au niveau européen sur les difficultés d’approvisionnement de l’Europe du Sud en maïs. Par ailleurs président d’Eurofac qui regroupe les syndicats français de la nutrition animale pour les représenter au niveau européen, et également vice-président de la Fefac, il estime nécessaire un moratoire sur la production européenne d’éthanol à partir de maïs, au moins pour quelques mois, afin que l’UE ait le temps de reconstruire des filières d’approvisionnement en maïs d’Amérique du Sud et du Nord pour remplacer les volumes origine mer Noire et mer d’Azov, indisponibles. « Le maïs est réellement l’urgence pour l’instant dans l’UE, surtout pour nos collègues fabricants d’aliments pour animaux du Sud qui sont dépendants de leurs importations. L’Espagne en importe par exemple 5 Mt par an et l’Italie 2 Mt. Nos collègues vont être en rupture dès le mois d’avril

Autoriser l'importation de maïs argentin et états-unien

« Nous avons donc demandé, au niveau européen, un assouplissement ponctuel des limites de certains pesticides. Ces mesures sont encadrées et discutées avec la direction générale Santé et reprennent les niveaux maximum du Codex Alimentarius afin d’avoir la possibilité d’importer des maïs d’Argentine. De même pour pouvoir importer des maïs états-uniens, porteurs d’empilement d’évènements OGM autorisés individuellement. Mais, même si des bateaux peuvent charger rapidement, il y aura toujours les délais d’acheminement, soit une trentaine de jours. Et, dans le même temps, nous voyons des acheteurs du Nord de l’Europe qui viennent acheter tous les volumes disponibles non pas pour l’alimentation animale ou humaine, mais pour produire de l’éthanol. Il est même question de bateaux de 25 000 t qui partent de Bretagne ! Se pose la question de priorité d’usage en cas de crise entre le Food & Feed face aux autres utilisations industrielles»

La tension sur le maïs pourrait donc très bien impacter les productions françaises d’aliments pour animaux dès cet été. La substitution du maïs par le blé reste en tout cas difficile dans un marché très tendu.

Les plus lus

Baisse de la TVA sur l'alimentation animale en 2023
Au 1er janvier 2023, le taux de TVA applicable aux ventes d’aliments pour les animaux producteurs de denrées alimentaires et aux…
Four à pain dans une boulangerie
Flambée des prix de l’énergie : quelles aides pour les boulangers ?
Face à l’explosion de leurs factures énergétiques, le gouvernement a réuni les représentants des boulangers ce jour pour évoquer…
Intact Regenerative et Axéréal lancent une filière protéine végétale dans le Loiret
Le projet doit démarrer en 2023 et être opérationnel pour la moisson 2024
Algama lève 13 M€ pour remplacer les œufs par des solutions à base d’algues
  Une levée de fonds qui servira notamment à lancer un site industriel en Belgique. Le procédé peut intervenir en boulangerie…
InVivo présente la stratégie d'Episens, nouveau pôle Blé du groupe coopératif
Regroupant les activités Meunerie, Ingrédients et filière BVP, d'InVivo, Episens est la nouvelle entité d'InVivo, présentée au…
Prix des céréales - Nouveau retrait des cours du blé et du maïs sur Euronext, en l'absence de marché aux Etats-Unis
L’évolution des cotations des céréales françaises (blé, orge, maïs) entre le 13 et le 16 janvier, expliquée par La Dépêche Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne