Aller au contenu principal

La Dépêche : le média des acheteurs et vendeurs de grains

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Logistique
Grève : des perturbations en perspective si le mouvement se poursuit

Si l’impact des premiers jours de grève sur l’activité est mineur – la filière Agri-Agro ayant constitué des stocks –, les difficultés pourraient apparaître dès la semaine 51.

© Photoworkshop4you (pixabay)

« Il est important que la grève finisse au plus vite pour les industriels », s’alarme Anne-Laure Paumier, directrice de Coop de France Métiers du grain. « Plus la grève va durer, plus la situation va devenir compliquée à gérer pour les industriels qui dépendent du train et travaillent en flux tendu », explique Mélanie Pressans, responsable Supply chain de Coop de France. « La situation va être critique dès la semaine 51 pour ces derniers. Concernant les silos portuaires, les stocks sont confortables pour voir venir, malgré des exportations conséquentes ce mois-ci », précise Anne-Laure Paumier. Un avis partagé par Simon Aimar, responsable Marketing et Développement de Sica Atlantique.

Surcoût logistique

« Si la grève se prolonge au-delà de la semaine 50, il y a de forts risques de perturbation de l’approvisionnement en orge des malteries et d’exportation du malt, qui passent souvent par la voie ferrée », confirme Thomas Gauthier, secrétaire général de Malteurs de France. D’autant que trouver des alternatives au train reste compliqué : le transport routier connaît une pénurie de chauffeurs et un préavis de grève a été déposé, à partir du 16 décembre, par cinq syndicats représentant 75 % de la profession. Un élément qui inquiète également Stéphane Radet, directeur du Snia : « Si, pour l’heure, les éleveurs sont livrés et les usines d’aliments fonctionnent normalement, les Fab craignent quant à la disponibilité en matières premières et en énergie de leurs sites, si la grève dure ».

« Selon les informations collectées auprès des coopératives, plus de 100 trains ont été annulés depuis le 4 décembre et seuls 5 à 20 % des volumes non livrés par le fer ont pu l’être par camion », détaille Mélanie Pressans. Une solution coûteuse, poursuit-elle : « Le transfert logistique induit un surcoût de 5 à 10 €/t (différentiel de prix entre les deux modes de transport et manutention supplémentaire induite) ». Et Anne-Laure Paumier de compléter : « De plus, acheter des matières premières localement coûte plus cher sur un marché qui se tend ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-François Arnauld président de Duralim (2020)
"Notre objectif est d’atteindre 100% d’approvisionnements durables pour toutes les matières premières"
Agriculteur et éleveur en Charente Maritime, Jean-François Arnauld a été élu, le 30 janvier, président de Duralim, la…
L’export céréalier et la nutrition animale aux abois
La poursuite des grèves dans le secteur portuaire inquiète sérieusement les professionnels qui redoutent des pertes de parts de …
Recul annuel de la surface de blé dur française de 4-5 % selon Arvalis-Institut du végétal
Les pluies automnales expliquent la baisse de la surface de blé dur en France. Un risque haussier sur les prix persiste, dans un…
Roquette annonce un plan de sauvegarde de l’emploi

Roquette a annoncé lors d’une réunion du CSE, le 23 janvier, un plan de sauvegarde de l’emploi, concernant la…

Succès de la bourse du Nouvel An et de l’Exécution malgré les difficultés de transport

On pouvait se poser la question : les adhérents d’Agro Paris Bourse seraient-ils en mesure de venir assister à cette…

« Nous connaissons une crise du multilatéralisme »
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Demeter 2020, rencontre avec Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 33.33€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La Dépêche
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez la revue La Dépêche au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter La Dépêche