Aller au contenu principal

Logistique
Grève : des perturbations en perspective si le mouvement se poursuit

Si l’impact des premiers jours de grève sur l’activité est mineur – la filière Agri-Agro ayant constitué des stocks –, les difficultés pourraient apparaître dès la semaine 51.

© Photoworkshop4you (pixabay)

« Il est important que la grève finisse au plus vite pour les industriels », s’alarme Anne-Laure Paumier, directrice de Coop de France Métiers du grain. « Plus la grève va durer, plus la situation va devenir compliquée à gérer pour les industriels qui dépendent du train et travaillent en flux tendu », explique Mélanie Pressans, responsable Supply chain de Coop de France. « La situation va être critique dès la semaine 51 pour ces derniers. Concernant les silos portuaires, les stocks sont confortables pour voir venir, malgré des exportations conséquentes ce mois-ci », précise Anne-Laure Paumier. Un avis partagé par Simon Aimar, responsable Marketing et Développement de Sica Atlantique.

Surcoût logistique

« Si la grève se prolonge au-delà de la semaine 50, il y a de forts risques de perturbation de l’approvisionnement en orge des malteries et d’exportation du malt, qui passent souvent par la voie ferrée », confirme Thomas Gauthier, secrétaire général de Malteurs de France. D’autant que trouver des alternatives au train reste compliqué : le transport routier connaît une pénurie de chauffeurs et un préavis de grève a été déposé, à partir du 16 décembre, par cinq syndicats représentant 75 % de la profession. Un élément qui inquiète également Stéphane Radet, directeur du Snia : « Si, pour l’heure, les éleveurs sont livrés et les usines d’aliments fonctionnent normalement, les Fab craignent quant à la disponibilité en matières premières et en énergie de leurs sites, si la grève dure ».

« Selon les informations collectées auprès des coopératives, plus de 100 trains ont été annulés depuis le 4 décembre et seuls 5 à 20 % des volumes non livrés par le fer ont pu l’être par camion », détaille Mélanie Pressans. Une solution coûteuse, poursuit-elle : « Le transfert logistique induit un surcoût de 5 à 10 €/t (différentiel de prix entre les deux modes de transport et manutention supplémentaire induite) ». Et Anne-Laure Paumier de compléter : « De plus, acheter des matières premières localement coûte plus cher sur un marché qui se tend ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
Transgrain France va arrêter son activité !
L'annonce a été faite le 24 novembre par l'intermédiaire d'un laconique communiqué.
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne