Aller au contenu principal

Alimentation animale
Fefac : nouvelles lignes directrices pour l’approvisionnement en soja

Dans le cadre de sa charte pour l’alimentation animale durable, la Fefac a rénové ses lignes directrices concernant l’approvisionnement en soja, afin que le soja durable devienne le standard du marché.

© Fefac

Diffusée le 3 février, la nouvelle version des lignes directrices de la Fefac pour un approvisionnement en soja durable passe de 59 à 73 critères, sa démarche s’étant affinée depuis le lancement de la première version en 2015. Quelque 54 critères sont obligatoires pour qu’une filière d’approvisionnement en soja soit qualifiée de durable, toute démarche devant en outre respecter au moins 8 des 19 critères complémentaires. Dix-neuf programmes de ce type sont passés au crible de la version précédente avec succès et la Fefac estime que désormais, près de la moitié du soja utilisé dans l’UE est produit de manière durable. La principale avancée de la version 2021 concerne les allégations d’une production sur des terres sans conversion d’écosystèmes naturels, ni illégale ni légale, pour autant que les preuves de cette production soient vérifiables. Afin que cette information soit transparente, la Fefac va afficher les filières qui fournissent ce soja sans conversion sur son site internet, sur la carte de durabilité de l’ITC (International Trade Center).

L’association européenne espère que l’évaluation des programmes sur les nouveaux critères pourra démarrer dès le printemps afin que les premiers résultats soient disponibles dès le mois de mai. Lors de la visioconférence organisée à l’occasion de ce lancement, Michel Santos (Bunge), membre du Soft Commodities Forum qui regroupe les principaux importateurs mondiaux, a rappelé que son organisation publie tous les six mois un rapport d’avancement de ses programmes. Elle se concentre actuellement sur les zones du Cerrado brésilien ou la conversion est la plus importante en proposant des méthodologies communes pour identifier les zones réellement indemnes de conversion.

Jeroen Gerlag, représentant du distributeur Métro et coprésident du groupe Soja au sein du « Consumer goods forum forest positive coalition » a présenté le programme du CGF pour 2021, ses membres cherchant à éliminer de leur chaîne d’approvisionnement tout volume douteux, souvent en provenance du Cerrado Brésilien mais aussi du Gran Chaco, région à cheval sur le Paraguay et l’Argentine. Il se félicite de l’évolution des lignes directrices car certains critères sociaux, comme les droits des travailleurs, deviennent aussi une obligation. Autre partie prenante, Jean-François Timmers, en charge de la lutte contre la déforestation et la conversion pour l’ONG WWF, satisfait de l’évolution du guide, a rappelé qu’il existe assez de terres arables disponibles pour produire du soja sans déforestation au Brésil pour autant que tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement travaillent ensemble.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux bio : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne