Aller au contenu principal

OGM
étiqueter les produits animaux non OGM pour encaisser le surcoût de la coexistence

Selon une étude réalisée par l'université de Pau - et financée par Greenpeace - la coexistence entre maïs OGM et non-OGM n'est possible qu'à la condition que les coûts liés aux efforts des agriculteurs puissent être reportés sur les consommateurs par l'intermédiaire d'un étiquetage, notamment des produits animaux. Intitulée « Analyse des coûts induits sur les filières agricoles par les mises en culture d'OGM », l'étude affirme que le surcoût pour chaque tonne de maïs non-OGM varierait dans une fourchette de 5 à 37 euros. Selon l'étude, l'existence de cultures de maïs non-OGM serait alors conditionnée à la possibilité pour les éleveurs de valoriser leurs produits - donc de les étiqueter - ce qui se traduirait « très probablement » par une augmentation des prix des produits issus d'animaux nourris sans OGM et par une augmentation des écarts de prix entre poulets de qualité et poulets standards. Cette hausse serait de 5 à 15 centimes par kilo pour le poulet Label rouge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Céréales/Oléagineux : « La bourse des grains du 11 septembre se présente bien malgré la crise que nous traversons »
Dans le contexte exceptionnel de Covid-19 et de faible récolte de grains français, le président d’Agro Paris Bourse, Baudouin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne