Aller au contenu principal

Convivialité et échanges lors de la 22e édition de la Bourse aux grains de Sète

A gauche, Jean-Claude Gayssot, président du port de commerce de Sète, et à droite, Mélanie Mezza, présidente de Cobesud, organisateur de la Bourse aux grains de Sète.
© Thierry Michel

Plus de 120 prestataires, une centaine d’OS et une centaine de courtiers constituaient l’essentiel des participants de la Bourse aux grains de Sète (Hérault), organisée par Cobesud, les 16 et 17 mai. Une cinquantaine de spécialistes de l’import-export, une quarantaine d’industriels et vingt-cinq spécialistes de la filière bio (+33 % par rapport à l’an passé) étaient aussi inscrits.

« La participation est sensiblement la même que l’année précédente. Dans le contexte de transition économique difficile que nous traversons, c’est important de pouvoir rassembler physiquement les acteurs dans un même lieu. Ils travaillent dur et n’ont que peu d’occasions pour échanger, prendre du recul. Ici, dans une ambiance conviviale, ils peuvent prendre le temps », a expliqué Mélanie Mezza, présidente de Cobesud et aussi courtier de marchandises assermenté auprès de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence.

Un sentiment partagé par de nombreux participants, notamment courtiers. « La plupart du temps, on s’appelle pour savoir si le confrère possède une marchandise à vendre et un prix, et on raccroche. Ici, on reprend le goût de travailler ensemble et on remet la notion de relation humaine au centre des échanges et des conversations », indique l’un d’entre eux.

Mélanie Mezza précise aussi qu’elle souhaite voir monter en puissance la présence des acteurs du bio et aussi des spécialistes du numérique (gestion parcellaire, mise en marché…). Une réflexion entamée pour la 23e édition en 2020.

Les plus lus

À qui profitent vraiment les dons de blé russe?

Li Zhao Yu, Yann Lebeau, Roland Guiraguossian et Delphine Drignon, experts du département relations internationales…

Crues dans l'Yonne : quelques questionnements sur les rendements à venir

Les pics de crues atteints, tout va dépendre maintenant de la rapidité des eaux à baisser.

Pourquoi le Maroc devrait encore importer beaucoup de céréales en 2024/2025?

Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, a fait le…

Coopérative - Un nouveau directeur général chez Cerevia

Via cette nomination, Cerevia espère insuffler "une nouvelle dynamique" à son union de commercialisation.

 

Oléagineux - Comment Saipol va accroître ses capacités de trituration à Sète et Lezoux

L'usine de Sète de la société Saipol, filiale du groupe Avril, triture de la graine de colza, tandis que celle de Lezoux broie…

L'Inde redevient importateur en blé malgré une production record

L'Inde continue d'être un gros consommateur de blé.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne