Aller au contenu principal

Céréales et oléoprotéagineux bio : l'écart de prix avec les grains conventionnels se creuse

Les premiers tests de panification semblent satisfaisants.
© Pixabay Licence

Précoces, les moissons bio sont en cours, très avancées dans le Sud-Ouest, et s’étalant peu à peu dans les autres régions, profitant d’une période météo favorable pour récolter. Orges, colza, céréales à paille, pois et féveroles présentent des rendements et des qualités très hétérogènes, selon le niveau des précipitations reçues au long de leurs cycles. La moisson bio est en avance de trois semaines à dix jours selon les territoires.

D’après les premières analyses, si les résultats sont très variables selon les zones, la qualité est globalement au rendez-vous, avec un taux de remplissage des grains de céréales moyen, imputé aux coups de chaud du printemps, et des rendements moyens également.

Une offre en blé fourragé limité

Sur blé meunier, le taux de protéine se révèle un peu faible entre 10 à 11 % pour l’instant, avec un poids spécifique (PS) estimé correct dans le Sud, plus réduit en remontant vers le Centre/Nord/Nord-Est. Les premiers tests de panification semblent satisfaisants. D’où une offre en blé fourrager bio qui sera certainement limitée, à l’inverse de l’an dernier où les indices de temps de chute de Hagberg liés à l’humidité, étaient bas, contraignant des déclassements en alimentation animale.

En blé dur, la protéine dans le Sud-Ouest s’avère également faible, tout comme en orge de brasserie.

Marché attentiste

Dans ce contexte de transition entre deux campagnes commerciales, les opérateurs bio attendent la fin des premières moissons pour s’engager sur des prix, alors que des volumes sont calés. L’écart entre les propositions des acheteurs et des vendeurs reste large, limitant les transactions, à quelques exceptions près de soudure, ou de déstockage. Ce, d’autant plus que les cours en conventionnel, en blé, maïs, orge, etc. poursuivent leur repli, réduisant la pression d’un delta bio-conventionnel très inflationniste.

En nutrition animale, les risques d’évolution de la grippe aviaire continuent à inquiéter la filière, rendant les opérateurs prudents sur leurs achats. Côté alimentation humaine, la perspective d’une collecte plutôt généreuse favorise l’attentisme, dans un marché peu dynamique. Quant à la demande à l’export, elle semble également avoir marqué une pause, dans l’attente du salon Biofach de Nuremberg en Allemagne, décalé exceptionnellement à fin juillet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Céréales et oléoprotéagineux bio : la baisse de la consommation entraîne une détente des prix
Alors que les données FranceAgriMer arrêtées au 1 er novembre affiche un recul de 7 % des utilisations de blé tendre…
Export mer Noire - Le retour de la Russie à la table de négociations détend les cours mais pas le marché
Les Russes peuvent changer d’avis du jour au lendemain, selon diverses sources publiques et privées. Près de 10 Mt de grains et…
Les groupes BZ et Bunge signent un partenariat
Le partenariat entre Groupe BZ et Bunge permettra notamment d'accroître, à Rouen, le potentiel de développement de la zone…
Quelle baisse de la production européenne d’aliments pour animaux en 2022 ?
La Fédération européenne des fabricants d'aliments composés (Fefac) a communiqué ses estimations pour la production européenne d’…
Crise énergétique - Les malteurs français veulent une solution rapide pour éviter des pertes de marché à l'international
Maillons incontournables de la filière Bière, les malteurs hexagonaux s'inquiètent de la flambée des cours de l'énergie, gaz en…
Céréales - La Tunisie pourrait importer 250 000 t de blé tendre français en 2022/2023 selon Intercéréales
Des responsables d'Intercéréales et de FranceAgriMer se sont rendus à Tunis le 9 novembre, à l'occasion des rencontres annuelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne