Aller au contenu principal

Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

Malgré les intempéries de début juin, et des cultures ravagées par la grêle et le vent dans certaines zones très localisées, les pluies ont pu soulager les cultures de printemps.
© Karine Floquet

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo. Cette conjoncture perturbe la filière bio, dont l’objectif est d’offrir une plus-value suffisante minimale à ses producteurs, afin de sécuriser durablement la production.

Dans ce contexte perturbé, le marché bio des céréales et oléoprotéagineux tourne au ralenti, alors que les premières récoltes d’orge et de pois, plutôt très précoces cette année, ont démarré fin mai dans le sud de la France.

Malgré les intempéries de début juin, et des cultures ravagées par la grêle et le vent dans certaines zones très localisées, les pluies ont pu soulager les cultures, surtout celles de printemps, maïs, soja, tournesol. Pour autant, l’état des productions est très hétérogène, et les estimations de récoltes bio, en volumes et en qualité, sont très difficiles à réaliser, variant selon les territoires.

Comme rien n’est joué tant que la récolte n’est pas engrangée, sur ce marché physique, vendeurs et acheteurs restent attentistes, alors qu’une partie des engagements est déjà contractualisée sur une durée pluriannuelle.

Côté meunerie, selon la dernière synthèse mensuelle de France Agrimer, le marché en blé reste en croissance, enregistrant une hausse moyenne de 6 % depuis le début juillet 2021, avec néanmoins un recul en févier et mars, et une reprise en avril. Concernant toutes les céréales, la progression des utilisations en meunerie est 5 %.

Côté fabricants d’aliments du bétail, malgré la grippe aviaire sur certains territoires, les utilisations du blé fourrager ont aussi augmenté ces trois derniers mois, de 8 % au 1e mai depuis le début de la campagne. Si on note un niveau élevé de stocks chez les collecteurs, il serait dû en grande partie aux reports et retards d’exécution des contrats de la récolte 2021 liés à une forte collecte 2021, et à un ralentissement du marché. À noter qu’un flux d’exportation vers les pays du nord de l’Europe, cherchant à compenser leurs approvisionnements venus de l’Est, notamment d’Ukraine, contribue à réduire ces stocks.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Guerre en Ukraine - La Russie en marche vers un leadership agricole
Thierry Pouch, économiste à l’APCA, envisage trois scenarii pour la fin de guerre en Ukraine, dont la partition du pays au profit…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Moisson 2022 Blé tendre - Hétérogénéité inédite des rendements, estimés à 69,5 q/ha en moyenne

Le rendement moyen de la récolte de blé tendre française 2022 s'élèverait à 69,5 q/ha en moyenne, selon une…

Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Prix des céréales du 30 juin 2022 : nouvelle baisse marquée du blé et du maïs

Les cours du blé tendre et du maïs ont de nouveau marqué une baisse sur leur marché physique respectif, en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne