Aller au contenu principal

La Dépêche : le média des acheteurs et vendeurs de grains

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bilan
Année 2019 difficile pour Bunge Limited

Bunge, confronté à un reflux de ses activités à travers le monde, a profité de l'année 2019 pour se restructurer.

En 2019, le géant états-unien et international de l’agribusiness Bunge Limited a réalisé pour 41,14 Md$ de ventes nettes contre 45,743 Md$ l’année précédente. L’exercice s’est soldé par une perte globale de 1,32 Md$ contre un bénéfice de 233 M$ un an plus tôt.

En 2019, Bunge a traité 139,968 Mt pour sa branche agribusiness (collecte, transports, distribution et services des grains) contre 146,309 Mt en 2018, 9,606 Mt pour la branche huiles alimentaires (9,024 Mt), 4,531 Mt pour le segment produits meunerie (4,604 Mt) et 3,386 Mt de produits pour le sucre et les bioénergies (éthanol notamment). L’essentiel du recul du chiffre d ‘affaires provient des segments agribusiness et sucre/bioénergies.

Les huiles au top

Les activités concernant les huiles alimentaires se sont plutôt bien comportées sur l’année, la société enregistrant un record en termes de volumes écrasés et en taux d’utilisation de ses capacités de productions depuis cinq ans. Ces performances se combinent aussi avec des coûts de production au plus bas depuis cinq ans pour les produits soja et tournesol.

Restructurations

2019 aura été une année de restructuration et de réaménagements profonds pour l’entreprise : constitution d’une société commune avec BP au Brésil pour traiter les activités bioénergies (occasionnant une provision de 1,7 Md$ dans les comptes) ; passage d’un modèle économique organisé par région à un modèle opérationnel global ; installation du siège social à Saint Louis (Missouri) ; diverses cessions et désinvestissements dans différents pays…

Pour 2020, l’entreprise reste prudente et annonce des activités sensiblement en baisse pour la branche agribusiness, plutôt égales à celles de l’an passé pour les huiles et la partie alimentation/ingrédients. Les fondamentaux de marché devraient être cependant bien meilleurs en 2020 par rapport à 2019 pour les activités sucre et bioénergie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-François Arnauld président de Duralim (2020)
"Notre objectif est d’atteindre 100% d’approvisionnements durables pour toutes les matières premières"
Agriculteur et éleveur en Charente Maritime, Jean-François Arnauld a été élu, le 30 janvier, président de Duralim, la…
L’export céréalier et la nutrition animale aux abois
La poursuite des grèves dans le secteur portuaire inquiète sérieusement les professionnels qui redoutent des pertes de parts de …
Recul annuel de la surface de blé dur française de 4-5 % selon Arvalis-Institut du végétal
Les pluies automnales expliquent la baisse de la surface de blé dur en France. Un risque haussier sur les prix persiste, dans un…
Roquette annonce un plan de sauvegarde de l’emploi

Roquette a annoncé lors d’une réunion du CSE, le 23 janvier, un plan de sauvegarde de l’emploi, concernant la…

Succès de la bourse du Nouvel An et de l’Exécution malgré les difficultés de transport

On pouvait se poser la question : les adhérents d’Agro Paris Bourse seraient-ils en mesure de venir assister à cette…

« Nous connaissons une crise du multilatéralisme »
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Demeter 2020, rencontre avec Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 33.33€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La Dépêche
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez la revue La Dépêche au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter La Dépêche