Aller au contenu principal

Approvisionnement
Agroalimentaire : la Normandie analyse ses ressources en coproduits

Cette analyse normande avait été précédée par une étude (2017) de Réséda sur l’usage de certains coproduits par l’industrie agroalimentaire au niveau national.

© Area/Reseda

Près de 80 % des volumes de coproduits de l’industrie agroalimentaire normande sont valorisés dans un rayon inférieur à 100 km du site de production, selon une étude de Réséda associé à l’Area pour explorer les gisements et les valorisations des coproduits en Normandie.

L’aliment du bétail en tête

Globalement, la hiérarchie de la valorisation de ces ressources est similaire en dans cette région et au niveau national même si le poids de l’alimentation animale, en tête dans les deux cas, y est encore plus important (plus de 75 % contre un peu plus de 60 %).

La fabrication à la ferme, à proximité des unités de production, est en effet historiquement très consommatrice de coproduits en sus des usines d’aliments pour animaux. C’est le cas pour les pulpes de betteraves issues des sucreries, du lactosérum ou du marc de pommes. L’enquête nationale est ainsi complétée par cette enquête régionale car elle n’avait pas pu évaluer les volumes valorisés en direct élevage. Les vingt-cinq usines normandes d’aliments pour animaux d’élevage (750 000 t) consomment, quant à elles, les productions locales de tourteaux de colza, issues de céréales, coproduits laitiers et l’alimentation des animaux familiers valorise les coproduits de poissons, porcs, volailles.

Pour treize secteurs des quarante-huit entreprises qui ont répondu à l’enquête, soit 360 000 t brutes (124 700 t de matière sèche), l’enquête a identifié une soixantaine de coproduits différents. Les filières céréalières (meunerie, pains, pâtisseries, biscuits) sont particulièrement intéressées par la nutrition animale (sons, remoulages, coproduits de la transformation), mais elles ont aussi développé des filières à plus forte valeur ajoutée soit en extrayant des composés, soit en commercialisant en magasin d’usine des produits non conformes sur leur présentation (étiquette, biscuits brisés). Le rapport complet peut être consulté sur le site de l’Area (www.area-normandie.fr).

 

Les plus lus

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

Météo en Russie : faut-il vraiment s’inquiéter des effets du gel sur le blé tendre ?

Les cours du blé tendre ont fortement progressé sur Euronext ces dernières semaines, compte tenu d’une météo jugée adverse en…

Moisson française 2024 – Hausse des surfaces prévues en maïs, stabilité en tournesol, conditions de culture contrastées en céréales d’hiver

Le service de Statistique et prospective du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire (Agreste) vient de…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Moisson 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne