Aller au contenu principal

Agriculture - Faim dans le monde : « Adopter un néoprotectionnisme africain »

Kako Nubukpo, économiste et homme politique estime que l’Afrique peut devenir « la puissance agricole du monde ».

Kako Nubukpo, commissaire chargé du département de l'agriculture, des ressources en eau et de l'environnement de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.
© Kako Nubukpo

Afin de développer économiquement l’Afrique et son agriculture, « il faut adopter un néoprotectionnisme africain », estime Kako Nubukpo, économiste, ancien ministre togolais et actuellement commissaire chargé du département de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), lors d’une interview sur France 24 le 1er novembre. L’occasion pour lui de présenter son dernier livre publié le 12 octobre 2022, intitulé « Une solution pour l’Afrique – Du néoprotectionnisme aux biens communs ».

Hausse préconisée des tarifs douaniers sur le continent africain

Le développement agricole de l’Afrique passe donc par la hausse des tarifs douaniers, puisque « le continent africain est le moins protégé au monde », indique l’économiste. Il prône ainsi la mise à niveau des prix des denrées alimentaires importées aux prix de celles produites localement, afin de freiner le recours à l’importation. Il rappelle que lorsqu’un agriculteur états-unien ou sénégalais travaille chacun une heure, le premier produit 400 fois plus que le second, sans avoir des coûts de production 400 fois plus élevés. « Ce ne serait pas un problème si les facteurs "capital" et "travail" étaient totalement mobiles. Si on nous autorisait à migrer, le modèle néolibéral pourrait être ajusté. Mais ce n’est pas le cas », déplore Kako Nubukpo.

L’économiste alerte sur le fait que bien trop souvent, seule la matière première est exploitée en Afrique, sans transformation sur place. Par conséquent, « la croissance du PIB chez nous ne signifie pas grand-chose, car nous n’avons pas les créations d’emplois qui devraient aller avec ».

Sans oublier les barrières non tarifaires

Autre mesure : la mise en place de barrières non tarifaires. « Parmi ce que nous importons, beaucoup de produits ne sont pas toujours très sains […] Or, l’Afrique rend des services écosystémiques. Il faut nous protéger contre l’extraction non maîtrisée de nos terres, de nos eaux, de notre écosystème […] Nous subissons beaucoup de pollution et nous constituons une sorte de dépotoir pour le reste du monde », dénonce Kako Nubukpo. Il rappelle que le continent comprend 650 millions d’hectares de terres arables non exploitées. Ce qui lui fait dire que « l’Afrique peut être la puissance agricole du monde : Nous pouvons nous nourrir et nourrir les autres. »

Le Commissaire conteste les accusations de mise en place d’une certaine autarcie de l’Afrique : « Nous voulons simplement atteindre la capacité à créer de l’activité chez nous et à commercer avec le monde une fois que nous aurons des filières compétitives. Le dialogue doit être permanent. »

 

Les plus lus

Baisse de la TVA sur l'alimentation animale en 2023
Au 1er janvier 2023, le taux de TVA applicable aux ventes d’aliments pour les animaux producteurs de denrées alimentaires et aux…
Four à pain dans une boulangerie
Flambée des prix de l’énergie : quelles aides pour les boulangers ?
Face à l’explosion de leurs factures énergétiques, le gouvernement a réuni les représentants des boulangers ce jour pour évoquer…
Intact Regenerative et Axéréal lancent une filière protéine végétale dans le Loiret
Le projet doit démarrer en 2023 et être opérationnel pour la moisson 2024
Algama lève 13 M€ pour remplacer les œufs par des solutions à base d’algues
  Une levée de fonds qui servira notamment à lancer un site industriel en Belgique. Le procédé peut intervenir en boulangerie…
InVivo présente la stratégie d'Episens, nouveau pôle Blé du groupe coopératif
Regroupant les activités Meunerie, Ingrédients et filière BVP, d'InVivo, Episens est la nouvelle entité d'InVivo, présentée au…
Prix des céréales - Nouveau retrait des cours du blé et du maïs sur Euronext, en l'absence de marché aux Etats-Unis
L’évolution des cotations des céréales françaises (blé, orge, maïs) entre le 13 et le 16 janvier, expliquée par La Dépêche Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne