Aller au contenu principal

Visite d’essais : les protéagineux, des cultures pleines d’atouts et d’avenir

Le 18 juillet, les essais implantés par la Chambre d’Agriculture de Haute-Loire sur les terres du Gaec de la Fenasse à Vernassal étaient ouverts à la visite.

La plate-forme a été miss en place par la Chambre d’agriculture de Haute-Loire en collaboration avec la Chambre régionale d’Auvergne et l’association céréales Montagne.
La plate-forme a été miss en place par la Chambre d’agriculture de Haute-Loire en collaboration avec la Chambre régionale d’Auvergne et l’association céréales Montagne.
© HLP

La Chambre d’agriculture conduit depuis deux ans des essais sur la culture des protéagineux. Après St Paulien en 2013, les essais se trouvent à l’heure actuelle installés à Vernassal, sur une parcelle  mise à disposition par le Gaec de la Fenasse, exploitation laitière à trois associés des familles Chouvier et Boissière.
Installés sur 1 ha en sol volcanique profond (avec un PH autour de 6) à 950 m d’altitude sur une parcelle qui bénéficie d’un apport de fumier et d’un chaulage régulier, ces essais visent à introduire  de nouvelles cultures dans les rotations parfois courtes de nos zones d’altitude : les protéagineux, des cultures à la fois intéressantes en terme d’économie d’utilisation des produits phytosanitaires qu’elles permettent de faire et d’apport de protéines nouvelles.
Pour ce qui est de l’utilisation des produits phytosanitaires, «les protéagineux et en particulier le pois, ont tendance à s’étaler très rapidement sur le sol et donc à étouffer les mauvaises herbes» souligne Emmanuel Gsell, conseiller cultures à la Chambre d’agriculture.
«Dans nos élevages, la source principale de protéines, c’est le tourteaux et notamment le tourteaux de soja dont le coût, relativement élevé, est annoncé encore à la hausse puisqu’il se trouve en liaison presque directe avec le prix du pétrole. A travers ces essais, l’idée est donc de s’approvisionner en protéines au moins en partie par sa propre culture» a indiqué Emmanuel Gsell, Chambre d’Agriculture.
Les protéagineux présentent un autre atout non négligeable, ils sont autonomes en azote ; ils ne nécessitent donc aucun apport d’engrais. «Les protéagineux ont la capacité d’aller chercher l’azote contenu dans l’air via des bactéries (Rhyzobiums) contenues dans les racines».

Protéagineux de printemps et d’hiver
La parcelle a été semée en protéagineux de printemps et, en nouveauté cette année, des protéagineux d’hiver afin d’observer leur résistance au gel d’hiver. Notons que les protéagineux d’hiver permettent théoriquement d’obtenir de meilleur potentiel de production (en quantité de grains récoltés), c’est que ce que l’essai devra notamment vérifier.
En protéagineux de printemps, l’essai comporte du pois protéagineux, de la féverole, du lupin et du soja (oléagineux). En protéagineux d’hiver semés à l’automne, on trouve un pois protéagineux, deux lupins d’hiver et une féverole d’hiver.
La visite d’essai organisée le 18 juillet dernier a permis de décrire le comportement de chacune des variétés implantées à Vernassal. «Dans le panel de protéagineux, on en a un ou deux que l’on pourrait conseiller sur nos zones d’altitude (environ 900 m), il s’agit du pois protéagineux, une culture facile à conduire qui peut entrer dans une rotation. Le soja semble aussi fonctionner plutôt bien, toutefois il nécessitera un traitement (trituration ou traitement par chauffage) avant consommation par les animaux. Notons que des projets de mini-unités de transformation des graines de soja se dessinent peu à peu en France».
Une fois les récoltes de ces essais réalisées, les conseillers cultures seront en mesure de dévoiler avec précision tous les résultats techniques (rendements, taux protéiques..) et les résultats économiques (coût au kg de protéines par culture...).
Rendez-vous au début de l’automne pour analyser les résultats complets de l’essai.


Véronique Gruber

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière