Aller au contenu principal

Une école à la ferme

Dans quelques semaines, les cloches des écoles sonneront pour annoncer la fin de l’année scolaire 2019-2020. À Auzances, dans la Creuse, Amélie Azam, agricultrice et maman de Louis et Alice, 11 ans et 5 ans, nous raconte ses journées dans la peau d’une institutrice.

À Auzances, dans la Creuse, Amélie Azam, agricultrice et maman de Louis et Alice, 11 ans et 5 ans, nous raconte ses journées dans la peau d’une institutrice.
À Auzances, dans la Creuse, Amélie Azam, agricultrice et maman de Louis et Alice, 11 ans et 5 ans, nous raconte ses journées dans la peau d’une institutrice.
© Amélie Azam

Quand le couperet est tombé, actant la fermeture de toutes les écoles, la première pensée d’Amélie Azam fut de savoir « comment on va faire pour gérer ». Gérer : c’est le bon mot ! Au départ de ces deux mois de programme scolaire à la maison, il allait falloir y ajouter autant de temps pour trouver de bons compromis entre vie professionnelle et attention accordée aux enfants. « J’ai toujours mis des barrières entre mon métier et ma vie de famille », explique Amélie Azam, « avec l’annonce du confinement j’ai dû trouver des solutions pour être efficace des deux côtés ». Amélie Azam et Pierre-Alexandre Bec sont les parents de Louis et Alice, élèves en CM2 et moyenne section. Le couple s’est installé en 2011 sur la commune Les Mars puis en 2015 sur celle de Mainsat. À la tête du Gaec du Veau d’Or, Amélie Azam et Pierre-Alexandre Bec sont producteurs de veaux fermiers élevés sous la mère. En agriculteur et agricultrice aguerris, les jeunes parents ne pensaient pas devoir un jour cumuler avec la casquette de maître et de maîtresse. « Avec le papa, nous avons vite convenu d’un planning nous permettant d’être disponibles sur l’exploitation et pour les études des enfants ». Un programme bien rodé qui chaque jour permettait à Louis et Alice de travailler comme à l’école sur une plage horaire de 9 h à 11 h. « C’était chronophage ! » en rigole maintenant Amélie Azam. « On pense souvent que puisqu’on fait un métier principalement à l’extérieur ce rythme est absorbable ». Une école à la maison qui a cependant été bénéfique après les premières contraintes disparues.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière