Aller au contenu principal

Elevage bovin
Une « caisse de secours » pour la filière

Le nouveau dispositif de solidarité et d'assainissement baptisé « Fonds d’Assainissement Régional » (FAR) destiné aux éleveurs bovins entrera en vigueur à compter du 1er février 2023.  

Jean-Pierre Lethenet, élève des charolaises et des poulets fermiers label rouge avec son épouse à Curciat-Dongalon dans l’Ain.
Jean-Pierre Lethenet, élève des charolaises et des poulets fermiers label rouge avec son épouse à Curciat-Dongalon dans l’Ain.
© Gaec de l’Alliance

Définis dans le cadre d’accords interprofessionnels régionaux, les Fonds d’Assainissement Régionaux (FAR) instaurent une solidarité entre les éleveurs, les groupements de producteurs, les commerçants en bestiaux, les abatteurs, les transformateurs et les distributeurs. Il s’agit d’une « caisse de secours » et non d’une assurance. "C’est à l’initiative de l’ensemble des familles professionnelles de la filière bovine d’INTERBEV de quelques régions que des Fonds d’Assainissement Régionaux ont été créés", rappelle Jean-Paul Thénot, président d’Interbev Auvergne-Rhône-Alpes.
A partir du 1er février 2023, l’ensemble des régions françaises déploient donc le même dispositif FAR, sur la base de règles partagées et identiques avec deux objectifs : d’une part, la solidarité pour couvrir les préjudices financiers liés à des motifs de saisies identifiés (voir par ailleurs) et, d’autre part, l’assainissement pour mieux faire face aux problèmes posés par les saisies de carcasses via des actions de prévention et de recherche. En effet, en cas de saisie, les préjudices affectent non seulement l’éleveur mais également tous les opérateurs de la filière bovine et deviennent de véritables freins au bon fonctionnement de celle-ci.
La solidarité du FAR s’exprime en cas de saisies totales ou partielles (saisie > 5 kg) liées à des causes sanitaires de dépréciation des carcasses dont l'origine est aléatoire, non maîtrisable et identifiée à l'abattoir.

Les conditions d’intervention

Le FAR intervient moyennant une participation de 0,006€/kg(1) de carcasse (net de taxe) par gros bovin abattu âgé de 8 mois ou plus, prélevée par les abattoirs/abatteurs en même temps que les cotisations d'INTERBEV. Cette évolution dans toutes les régions, permet d’assurer une prise en compte de 100% de la valeur de saisie définie sur la base des cotations, tout en finançant des recherches et travaux dans un objectif de prévention et d’assainissement. Le montant prélevé par l'abattoir/abatteur est ensuite répercuté à l'ensemble des acheteurs successifs jusqu'à l'éleveur, redevable final, par une ligne de facturation identifiée “Participation FAR”. Pour les ventes à la tête, le montant forfaitaire retenu est de 2,25 €. Jean-Pierre Lethenet, éleveur du Gaec de l’Alliance dans l’Ain, témoigne de la pertinence du nouveau
dispositif : “Dans mon cas, en novembre dernier, j’ai une vache charolaise de 4 ans 615.4 kg U-3 qui était vendue 5.70 €/kg. Celle-ci a été abattue le 14/11 à Hotonnes (01) et a fait l’objet d’une saisie totale pour le motif de «Myosite éosinophilique» (sarcosporidiose).
Si le FAR avait été en place, cette vache aurait fait l’objet d’une prise en charge par le FAR. J’aurai pu bénéficier de la solidarité du FAR pour un montant de 3 267.77 € (soit une valeur d’indemnisation : 615.4 kg x (cotation régionale centre est du 14/11 VA Cha U- à 5.46 € - 0.15 € de frais d’approche)”.

¹ Cette participation FAR est volontaire, l’éleveur qui ne souhaite pas contribuer devra faire la demande de remboursement auprès d’Interbev et ne pourra pas bénéficier de la solidarité du FAR durant 1 an quelque soit la région d’abattage.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière