Aller au contenu principal

Une belle fête pour l'aubrac

Le 70e anniversaire du Syndicat aubrac cantalien a été une belle réussite avec, durant deux jours à Saint-Flour, un concours jugé de haute qualité.

Les personnalités réunies pour ce Départemental avec au premier plan le Gaec Vidalenc, vainqueur du challenge du 70e anniversaire.
Les personnalités réunies pour ce Départemental avec au premier plan le Gaec Vidalenc, vainqueur du challenge du 70e anniversaire.
© B. P.

À en croire nombre d'habitués, ce millésime restera dans les mémoires ! Il y a eu un très beau concours, de bon augure pour les Cantaliens à dix jours du National, au Sommet de l'élevage. Il y a eu, aussi, un bel anniversaire du Syndicat des éleveurs cantaliens avec des animations et, parfois, un peu d'émotion.
Durant deux jours, Saint-Flour a vécu au rythme de l'aubrac. Le temps était même de la partie épargnant l'événement d'une pluie qui s'est contentée de la nuit. Samedi, sous un soleil d'automne, les allées Georges-Pompidou se sont parées d'une belle couleur beige froment et paille avec l'installation de près de 500 animaux venus d'une soixantaine d'élevages.  Le foirail avait été installé au cours de la semaine par les membres du syndicat et les agents techniques de la Ville de Saint-Flour. Le ring, très soigné, était l'oeuvre des élèves du lycée agricole Louis-Mallet, également présents tout le week-end pour le nettoyage du site.

Plus de 2 000 personnes samedi
Comme en témoignait l'un des anciens animateurs emblématiques des concours, Robert  Berthuit : "Je suis toujours étonné du monde dans le Cantal." Cela s'est encore avéré vrai cette année. Samedi, au point de contrôle pour le pass sanitaire, il était comptabilisé plus de 2 000 personnes. Il y a eu certainement autant d'affluence le dimanche. "Sans concours, l'an passé, le 70e anniversaire a vraiment mobilisé les éleveurs qui ont déplacé beaucoup d'animaux, ce qui fait une belle manifestation", constatait Jean-Marie Vidalenc, président du  syndicat. "Et puis les gens ont envie de se retrouver."
Effectivement, il y  avait une belle ambiance. Et beaucoup de motivation de la part des concurrents pour la préparation des champions et championnes. Jeunes et moins jeunes, au moins trois générations à l'oeuvre ne ménageaient pas leur peine. On pouvait même ressentir un peu de stress au passage du jury et jusqu'au moment  du résultat. Tout cela avant de repartir  soigner un autre animal et d'enchaîner dans une nouvelle catégorie.

Du très haut niveau
Le plus impressionnant était le déplacement des animaux pour la composition des lots, six ou dix vaches et taureaux, pour les quatre prix d'ensemble. "Nous sommes sur du niveau  national avec beaucoup de bêtes qui seront en concours au Sommet de l'élevage, partageait un des juges. Les choix sont compliqués avec des vaches qui vieillissent bien, des taureaux avec de bonnes reproductions, du poids et de la puissance."
Une belle évolution en héritage
"Même si l'on ne gagne pas à chaque fois, plusieurs places sur les podiums prouvent la qualité du cheptel dans son ensemble, faisait part Yves Chassany, président de l'OS Aubrac(1). Il y a un progrès énorme, héritage d'un patrimoine génétique." Oui, comme le faisait remarquer Philippe Delort : "L'aubrac a bien évolué depuis 70 ans, fruit du travail des éleveurs."
Pour le maire de Saint-Flour, "ce concours est une belle rencontre entre la race emblématique de notre territoire et cette place tout aussi emblématique de la ville". De nombreux élus et responsables du monde agricole étaient présents dimanche à Saint-Flour, pour s'associer à cet anniversaire et témoigner de leur attachement à la vache aubrac "qui participe à la richesse de  l'élevage cantalien et à l'ensemble du Cantal", soulignait Bruno Faure, président du Conseil départemental.
"Nos  anciens seraient fiers de voir l'expansion de la race aubrac", exprimait, non sans émotion, Michel Bos, président d'honneur du syndicat.    

(1) Organisme de sélection, ex Upra.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière