Aller au contenu principal

Une ancienne bergerie transformée en chèvrerie confortable et fonctionnelle

Au Gaec Lannareix à Châteauneuf-les-Bains, les éleveurs ont fait du neuf avec de l’ancien pour abriter leurs 175 chèvres laitières, tout en privilégiant fonctionnalité et confort de travail.

L’ancienne bergerie a été réaménagée par les éleveurs pour accueillir 175 chèvres en production laitière.
L’ancienne bergerie a été réaménagée par les éleveurs pour accueillir 175 chèvres en production laitière.
© M.C.

Sur les hauteurs de Châteauneuf-les-Bains, Thomas Lannareix a fait du neuf avec de l’ancien. Lors de son installation, il a réaménagé l’ancienne bergerie familiale en chèvrerie fonctionnelle. Quelques années plus tard, il a construit un laboratoire de transformation attenant.

De bergerie à chèvrerie
Thomas Lannareix a repris l’exploitation familiale en 2003. Le jeune éleveur se sépare du troupeau de brebis de ses parents pour s’orienter vers la production de fromages de chèvres. Il doit alors adapter les infrastructures de la ferme et choisit non pas de construire du neuf « trop coûteux », mais de réaménager l’ancienne bergerie. Il agrandit d’abord cette dernière pour héberger confortablement ses 175 chèvres Alpines et créer une zone où il peut réaliser des traitements lumineux. « Mes chèvres sont désaisonnées pour une production laitière sur les 12 mois de l’année. Le traitement lumineux consiste à ouvrir et fermer des fenêtres pour avoir un certain nombre d’heures lumière/noir. Cette technique offre de meilleurs résultats que les éponges, à condition d’avoir l’infrastructure adaptée. »
Dans l’ensemble du bâtiment, Thomas Lannareix a réalisé trois aires paillées desservies par un couloir d’alimentation de 45 mètres de long, équipé de cornadis. « Je regrette un peu cet équipement à la mode à l’époque. Les chèvres sont des petits animaux facilement manipulables, surtout les laitières, donc j’utilise rarement les cornadis pour la petite contention. De plus, elles parviennent à s’échapper par les cornadis. »
L’éleveur a poursuivi ses travaux avec la construction d’une salle de traite équipée d’une machine à traire de 2 × 18 places avec 2 × 9 postes à traire.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Qui est cet Oléronais qui alimente le Cantal en poissons ?

Originaire d’Oléron, ce poissonnier et traiteur de la mer a choisi la montagne pour exercer ses talents sur les marchés.…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière