Aller au contenu principal

Un "pôle d´échanges" sur l´emploi en agriculture se met en place

Le salariat en agriculture véhicule une mauvaise image, aujourd´hui injustifiée. Face aux besoins croissants de main d´oeuvre, plusieurs organisations ont décidé de réagir.

Les salariés en agriculture sont rares. Pourtant, entre des structures agricoles qui s´agrandissent et une main d´oeuvre familiale qui tend à diminuer, les besoins augmentent. Les demandes d´embauches se multiplient, notamment au sein de groupements d´employeurs. Face à ce paradoxe, le président national des groupements d´employeurs a souhaité que différents partenaires unissent leurs efforts pour trouver une solution. Michel Combes, éleveur à Prunet et employeur de main d´oeuvre, a convié Chambre d´agriculture du Cantal, Adasea, MSA, mais aussi ANPE, Mission locale et centres de formation à réfléchir à la manière d´organiser une dynamique départementale.

Des partenaires autour d´une table

Une première réunion, organisée mercredi 16 février à Aurillac, a conclu à la nécessité de créer un "pôle d´échanges sur l´emploi en agriculture". Certains partenaires, qui se rencontraient pour la première fois, ont admis la nécessité de savoir sur qui s´appuyer pour répondre aux questions des candidats ou des employeurs potentiels. Il s´agit bien, en effet, de s´adresser simultanément aux deux publics concernés. Premier objectif : dresser un état des lieux. Arnaud Vigier, de la Chambre d´agriculture, voit passer des dizaines de jeunes par an sans projet d´installation à cours terme. De son côté, en sa qualité de secrétaire général de la FDSEA, Michel Combes remarque que les chefs d´exploitations ne sont pas formés pour embaucher. Il prend pour exemple l´Etude prévisionnelle à l´installation des jeunes agriculteurs (Epi) qui n´évoque pas le besoin de main d´oeuvre. La MSA, par la voix d´André Peyronnet, ajoute qu´il n´est pas rare que l´employeur potentiel, même face à un besoin criant, reste réticent : présence d´une personne étrangère à la famille sur l´exploitation, craintes des lois relatives au travail...

Combien ça rapporte ?

"La première question est relative au coût", affirme Michel Combes. "Elle est incomplète si on ne se pose pas simultanément la question de ce que va rapporter en plus cette main d´oeuvre. Le salarié n´est pas qu´une charge", estime-t-il. Pour en savoir plus, des formations en direction des futurs employeurs devraient être mises en place. Parallèlement, les établissements de formation agricole devraient s´engager à mieux informer étudiants et stagiaires sur le salariat. Mais du chemin reste à faire : ce qui peut se révéler être une bonne opportunité continue, hélas, de véhiculer une mauvaise image. La changer constituera un chantier prioritaire pour le pôle.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière