Aller au contenu principal

Un lien établi entre génétique et valorisation bouchère

Une étude réalisée par le herd-book limousin (HBL) prouve que les animaux issus de taureaux inscrits au HBL sont mieux valorisés.

Jusqu´à présent, aucune étude sérieuse n´avait réussi à démontrer et quantifier l´impact de la génétique sur la valorisation bouchère. Le herd-book limousin (HBL) s´y est penché. Karine Proust, responsable des taureaux inscrits, a présenté les résultats en avant-première nationale lors de l´assemblée générale du syndicat des éleveurs cantaliens de race limousine. "C´est une évidence : le poids des carcasses est plus élevé lorsque les animaux sont issus de taureaux inscrits et ce, quel que soit le type de production", souligne avec conviction la spécialiste. En effet, sur les 300 000 données d´abattage les écarts favorables sont de 20 kilos vifs en moyenne sur les broutards (18 kilos carcasse), de 15 à 55 kilos vifs sur les génisses (6 à 24 kilos carcasse)...

Une enquête crédible

"Tous les animaux de père inscrit au herd-book, dont 12 % issus d´insémination artificielle, sont mieux valorisés", conclut Mlle Proust. Elle insiste sur la crédibilité de cette enquête réalisée auprès d´une dizaine de structures (dont la Cemac), concernant des milliers d´élevages sur tout le territoire, incluant donc différentes méthodes de gestion des rations alimentaires, de conduites de troupeaux, etc. "Evidemment, il s´agit de moyennes, mais les statistiques son significatives, au risque d´erreur de 5 %", précise-t-elle.

Jusqu´à 2 730 euros par an de plus-value

Et de traduire les résultats en données économiques. "Sur une exploitation type, dans un système naisseur qui produit à la fois des broutards mâles et des génisses de boucherie de 30 à 33 mois, avec 65 vêlages, l´approche économique révèle une plus-value de 2 731 euros dans l´année", annonce Karine Proust. "En outre, des animaux mieux conformés permettent -à poids égal- de réduire jusqu´à un mois la période d´engraissement", argumente encore l´intervenante du HBL. Et lorsqu´on lui parle du coût de l´investissement génétique, Mlle Proust relativise. "On peut trouver de bons taureaux vendus en ferme à partir de 1 500 euros. C´est loin d´être rédhibitoire", commente-t-elle. La génétique de la race limousine a favorablement évolué ces 10 dernières années, avec des animaux de plus grande taille. L´exercice consiste désormais à trouver l´équilibre le plus juste entre les qualités maternelles et les qualités bouchères.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière