Aller au contenu principal

Un intérêt grandissant pour les lentilles et pois chiches

Piloté par la chambre régionale d'agriculture, le projet Pepit LegSecAura a révélé ses conclusions après trois ans d'observation. Terres Inovia a partagé ses recommandations techniques pour la culture de lentilles et pois chiches.

Avec 3 600 hectares de lentilles (en bio et en conventionnel) en 2021, la région Aura comptabilise 10 % de la sole française.
Avec 3 600 hectares de lentilles (en bio et en conventionnel) en 2021, la région Aura comptabilise 10 % de la sole française.
© Hari&co

Le projet multipartenaire Pepit LegsecAura vise à acquérir des références locales sur la conduite des légumes secs en région Auvergne-Rhône-Alpes, pour améliorer leur compétitivité. Ces dernières années, les agriculteurs ont été confrontés à des rendements hétérogènes en lentilles et pois chiches, et à des freins techniques et économiques, et notamment en 2020. 30 % des parcelles n'ont pas été récoltées. Obtenir de nouvelles références était donc urgent.

Améliorer la sélection variétale
Claire Barbet-Massin, chargée d'étude en génétique et légumineuses à graines chez Terre Inovia, a mis en exergue la difficulté de sélection des variétés en légumes secs rencontrée par les sélectionneurs dans les croisements, qui sont très complexes. Le temps représente aussi une difficulté importante : l'accès à la ressource génétique nécessite de faire pousser les variétés pour en connaître ensuite les caractéristiques. Cela représente entre 7 et 10 ans. Entre 2020 et 2022, plusieurs essais ont été mis en place en région Aura, selon quatre axes : le choix des variétés, le travail du sol, le désherbage mécanique et l'association avec d'autres cultures. Des essais ont été conduits en plaine (Isère, Ain, Puy-de-Dôme) et en demi-montagne (Haute-Loire, Cantal) sur des parcelles en bio et en non bio. L'objectif : améliorer la compétitivité des légumineuses afin qu'elles s'adaptent aux différents contextes pédoclimatiques.
Le projet a ainsi permis de décrypter les pratiques agricoles par le biais d'observatoires : 71 parcelles en lentille (dont 44 en bio) et 44 parcelles de pois chiche (dont 40 en bio). Cette étude a permis de faire un état des lieux des pratiques favorables, afin de définir des recommandations : date de semis, densité, variétés, plantes compagnes... pour créer un itinéraire technique précis destiné aux agriculteurs.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière