Aller au contenu principal

Un effort financier pour les travailleurs occasionnels

Interview de Laurence Impériale, présidente de la Commission Régionale Emploi Formation (CREF) de Nouvelle-Aquitaine.
 

Cueillette de pommes
© P. Dumont

Depuis début mai, le dispositif Travailleur Occasionnel – Demandeur d’Emploi (TO-DE) a évolué. Le plafond de rémunération de 1,20 SMIC est désormais relevé à 1,25 pour bénéficier de l’exonération de charges sur les cotisations.
 

Laurence Impériale, pouvez-vous nous détailler cette mesure ?

LI. Le TO-DE permet à un employeur qui embauche un salarié occasionnel avec une rémunération inférieure ou égale à 1,25 SMIC de bénéficier d’exonérations de cotisations patronales d’assurance sociale agricole (maladie, vieillesse,…), de cotisations d’allocations familiales, accidents du travail, maladies professionnelles, des contributions FNAL, solidarité autonomie et des contributions patronales de retraite complémentaire et d’assurance chômage. L’exonération est ensuite dégressive entre 1,25 et 1,6 SMIC et nulle au-dessus de 1,6 SMIC. Elle s’applique à tous les travailleurs occasionnels y compris étrangers en situation régulière et aux demandeurs d’emploi inscrits depuis au moins 4 mois à France Travail et embauchés par un groupement d’employeurs.

Quelles sont les conséquences de cette évolution pour les employeurs de main-d’œuvre saisonnière agricole en Nouvelle-Aquitaine ?

LI. Il est quasi impossible de donner un chiffre à l’échelle d’une exploitation car les montants varient en fonction du nombre de salariés, de leur rémunération, etc. C’est assez complexe à calculer, ceci dit la FNSEA estime que cela représente un gain de 100 € par mois pour un salarié rémunéré à 1,25 SMIC. Ces 100 € viennent en plus de ceux perçus traditionnellement pour les salariés payés jusqu’à 1,20 SMIC. On peut donc selon les cas arriver à économiser un trimestre de cotisations par exemple. Le TO-DE vient compenser un peu les inégalités salariales qui existent entre les pays de l’Union mais on est encore loin du compte…

Le dispositif TO-DE n’est donc pas suffisant ?

LI. Aujourd’hui, le prix d’un fruit ou d’un légume est composé entre 60 et 80 % par les salaires. L’agriculture française est soumise également à davantage de normes que d’autres en Europe. Sans l’immédiat, le TO-DE est prolongé jusqu’au 31 décembre 2025. Notre souhait est qu'il soit gravé dans le marbre et qu'il y ait une véritable harmonisation salariale à l'échelle européenne. Le but est de tirer tout le monde vers le haut et non d'aligner les salaires par le bas. Nous craignons que cette mesure ne cesse au-delà de 2025. Si cela devait être le cas nous serions obligés de reprendre les actions syndicales comme cet hiver.

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière