Aller au contenu principal

Inauguration
Un bond en avant pour la production d'insectes dans le Puy-de-Dôme

Jeudi 22 juin, la société Invers, productrice et transformatrice de protéines d’insectes destinées à l’alimentation animale, inaugurait son nouveau bâtiment d’élevage automatisé à Saint-Ignat (63).

Sébastien Crépieux, président d'Invers, coupant le ruban d'inauguration du nouveau bâtiment de l'entreprise.
Sébastien Crépieux, président d'Invers, coupant le ruban d'inauguration du nouveau bâtiment de l'entreprise.
© Léa Durif

Implantée depuis 2018 à Saint-Ignat (63), la société Invers, spécialisée dans la production et la transformation de vers à farine pour la consommation animale, franchit un nouveau cap.  Elle multiplie sa capacité de production par 10 grâce à son nouveau couvoir automatisé : un véritable coup d'accélérateur pour le développement de sa filière en Auvergne-Rhône-Alpes.

Un nouveau bâtiment

Seulement neuf mois après avoir annoncé détenir le financement nécessaire à son projet, un nouveau bâtiment de 4 000 m2, destiné à l’éclosion et l’élevage des jeunes larves, vient d’ouvrir ses portes sur le site d’Invers AuRA. À l’intérieur, des dizaines d’unités automatisées dosent, pèsent et trient les bacs contenant les œufs, larves et micro-larves, à l’aide de robots d’industrie à l’allure futuriste. « Le démarrage opérationnel est prévu pour le 1er juillet » annonce fièrement Sébastien Crépieux, président d’Invers au niveau national. D’ici 2025, l’entreprise espère ainsi passer de 360 millions à 5 milliards de larves délivrées chaque mois.

25 unités d’élevage

« Les agriculteurs sont un maillon essentiel de la chaîne Invers » souligne Sébastien Crépieux. À l’heure actuelle, quatre exploitations agricoles possèdent déjà un atelier d'élevage de micro-larves dans la région, et « plusieurs projets sont en cours ». À terme, le nouveau couvoir sera capable de fournir 25 unités d’engraissement dans des fermes partenaires, issues des 3 coopératives actionnaires d’Invers AuRA : Limagrain, Oxyane et Eurea. À raison de 9 000 bacs de micro-larves livrés mensuellement dans chacune des exploitations, chaque engraisseur devrait revendre entre 10 et 20 tonnes de larves par mois, afin d'être valorisées sur le site de Saint-Ignat. Elles finiront transformées en produits d’alimentation destinés aux animaux domestiques et troupeaux d’élevage.

Un modèle durable et duplicable

Résolument engagé dans un développement durable, écologique et pragmatique, Invers a fait le choix d’un schéma d’économie circulaire et en circuit-court, duplicable dans toutes les régions de France. En attendant, l’entreprise doit continuer à faire ses preuves. « Avec ce projet, nous souhaitons accélérer le développement et créer un modèle économique solide pour cette filière émergente, afin qu'elle soit viable, attractive et reconnue à plus large échelle » explique Vincent Tardif, président d’Invers AuRA et directeur stratégique du développement des nouvelles filières chez Limagrain.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière