Aller au contenu principal

Un appel de la filière bio à de nouveaux producteurs

L’association Bio 15 a tenu son assemblée générale à Laveissière le 11 janvier. Paradoxe, la demande de produits bio augmente mais le nombre de producteurs a diminué.

Les responsables de Bio 15 ont également alerté sur le projet réglementaire européen.
Les responsables de Bio 15 ont également alerté sur le projet réglementaire européen.
© C. F.
Alors que la demande bio a augmenté en France de plus de 10 % en deux ans, que la hausse des cours suit le mouvement, l’Hexagone importe la moitié de sa demande en bio. Autant dire qu’il y a de la place pour de nouveaux prétendants, explique Vincent Vigier, animateur de l’association qui regroupe une soixantaine d’agriculteurs bio du Cantal, des transformateurs et des consommateurs. Pourtant, l’association Bio 15 a, au contraire, vu le nombre de ses adhérents diminuer d’une année à l’autre, passant de 72 membres à 62. Certains ont en effet décidé de se retirer de la démarche avec, notamment, la fin du CTE, et la nouvelle réglementation européenne qui se profile pour 2009 n’engage pas les producteurs bio à un optimisme forcené mais, au contraire, les interroge.

Le bio de plus en plus prisé

“De plus en plus de Français veulent consommer bio” et, rien que pour la viande bovine, les prix ont progressé de 20 % par rapport aux cours conventionnels, relève Vincent Vigier. Pourtant, tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, à l’exemple des broutards : “Nous n’arrivons pas à les valoriser en bio, et la plupart repartent dans le circuit conventionnel. Il nous faudrait les finir”. Un objectif qui, aujourd’hui, il en convient, “relève encore un peu du rêve”, mais rien d’impossible pour en faire un jour une réalité. Et puis, le bio ne manque pas d’idées, à l’exemple de ces producteurs qui sont passés à la vente directe : “Le tiers de nos producteurs en font, pour une meilleure valorisation des produits et pour davantage de plus-value. C’est une nécessité qui correspond en plus, à une demande croissante, et que l’on peut donc encore développer”. 

"Passer de la "cueillette" à une véritable agriculture"

Parallèlement, lors de sa précédente assemblée générale, Bio 15 annonçait l’ouverture d’un magasin bio à Saint-Flour : “C’est toujours prévu”, confirme Vincent Vigier, et cette année devrait voir cette idée se concrétiser, tout comme cela s’est fait à Saint-Chély d’Apcher. A l’occasion de cette assemblée générale, Lionel Roucan, représentant la Région, annonçait en outre la décision des instances régionales de repenser les aides au bio. Le 4 février prochain, le Conseil régional organise dans cet esprit une rencontre avec “tous les acteurs de la filière bio. Nous ferons des propositions et nous rebâtirons un système d’aides pour les années qui viennent”, précisait-il.  Selon lui, “le budget que consacre la Région à l’agriculture biologique aboutit à un taux de réalisation de 50 %. Ces aides ne sont donc pas suffisamment pertinentes”. D’où cette “nécessité de recadrage en relation étroite avec la filière”. “Notre souhait est d’être encouragés et que les bénéfices environnementaux soient soutenus par les collectivités”, a estimé pour sa part Vincent Vigier. à l’occasion de cette réunion, il a souhaité faire passer un message fort : “Il y a urgence à étoffer la filière. Nous invitons de nouveaux producteurs à se joindre à nous. Ils trouveront des prix en face. Les sous-effectifs, en effet, signifient des coûts de collecte plus importants, et nous souhaitons passer du stade de la “cueillette” à celui d’une véritable agriculture”. 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière