Aller au contenu principal

Un 3e DUTdans la hotte du PèreNoël

Le feu vert du ministère donné à un troisième département à l’IUTd’Aurillac via un DUTSTIDoption cybersécurité ouvert dès la rentrée prochaine.

Les élus locaux et nationaux cantaliens unis autour de l’ouverture du 3e département IUT d’Aurillac.
Les élus locaux et nationaux cantaliens unis autour de l’ouverture du 3e département IUT d’Aurillac.
© P.O.

Terre de rugby où les caractères sont souvent forgés à l’adversité, le Cantal n’a pourtant pas toujours eu le sens du jeu collectif même quand il s’est agi de dépasser les clivages politiques pour la bonne cause. Une ère qui semble révolue, comme en a attesté, samedi dernier, le pack soudé venu annoncer le feu vert donné par le ministère de l’Enseignement supérieur à l’ouverture, dès la rentrée de septembre 2019 au sein de l’IUT d’Aurillac, d’un troisième département(1) qui proposera un DUT STID (bac + 2) alias Statistique et informatique décisionnelle avec une option cybersécurité. Une formation unique à ce jour dans l’Hexagone. À la clé pour le bassin aurillacois : une première promotion d’une cinquantaine d’étudiants, doublée l’année suivante.

Entre 120 et 140 étudiants supplémentaires

 

Autour de l’ancien ministre Jacques Mézard : Bruno Faure, président du Département, Michel Roussy, président de la Caba, l’ancienne sénatrice Josiane Costes, Angélique Brugeron, conseillère régionale, et Géraud Marcastel, conseiller délégué à la Caba en charge de l’enseignement supérieur. Tous un large sourire aux lèvres, celui qui marque l’issue favorable d’un match qui s’est avéré âpre. Le sénateur Mézard a en effet rappelé que le projet initial, porté par le territoire il y a cinq ans, à savoir une formation “Science et génie des matériaux”, s’était vu signifier une fin de non recevoir. “Je continue à penser que c’était un bon projet, ça permettait de se connecter à la Mécanic vallée autour de Figeac-Rodez(2).” Une pertinence qui n’a pas sauté aux yeux de l’université clermontoise dont dépend l’antenne aurillacoise de l’IUT. “Pour être clair, Clermont a bloqué par peur de voir ses propres effectifs (enseignants, NDLR) baisser”, a indiqué le parlementaire. La mêlée aurillacoise une première fois sanctionnée, a su rebondir et la réactivité des enseignants et de la direction de l’IUT a permis de constituer un nouveau dossier autour d’un nouveau thème, celui donc du STID.

Mais il a fallu batailler pour porter le maul jusqu’à l’essai en s’appuyant sur un collectif conforté : “Ces derniers mois ont été un combat, a redit Jacques Mézard. Il nous a fallu expliquer très clairement à l’université que nous y tenions tous, très très fermement, qu’il n’était pas question qu’il n’y ait pas ce troisième département. J’ai été amené à faire venir dans mon bureau, au ministère, le président de l’IUT avec Laurent Wauquiez, Bruno Faure, Michel Roussy.” Un front commun qui a porté ses fruits, aidé dans sa finition vers l’en-but par le nouveau jeune recteur de l’Académie, Benoît Delaunay, dont le sénateur a vanté l’implication. Il a fallu également apporter dans un temps record des attestations de nombreuses entreprises certifiant la pertinence de cette formation au regard de leurs besoins. Le DUT STID, aux débouchés assurés, figure déjà sur la plate-forme de vœux des futurs bacheliers Parcoursup qui a eu un effet favorable sur les effectifs de l’IUT d’Aurillac (560 étudiants cette année). “Ce qui est important, c’est de conforter l’IUT, d’offrir des perspectives de formation pour les étudiants cantaliens, mais aussi d’être attractifs pour des jeunes extérieurs”, a fait valoir Bruno Faure. Le président de la Caba a lui mis en exergue la qualité des intervenants de ce futur DUT : “On nous a indiqué que des experts mondiaux allaient venir à Aurillac former les étudiants, cela va apporter une aération sur le plan local et un degré d’expertise inédit.” Sans compter les créations d’emplois afférentes.

Et une nouvelle licence pro

Et Michel Roussy, comme ses partenaires, ne s’interdit pas d’imaginer une formation bac+3 dans le prolongement du DUT et n’abandonne pas l’ambition du DUT Sciences et génie des matériaux. D’autant qu’à l’annonce de ce troisième département est venue se greffer la confirmation de l’ouverture d’une licence professionnelle en alternance “Métiers de l’industrie : industrie aéronautique” qui devrait être grandement alimentée par les étudiants du DUT Génie mécanique actuellement proposé au Puy, à Chambéry ou dans le Sud de la France. Une formation aux débouchés garantis avec la proximité de la Mécanic vallée. À terme (rentrée 2020), ce sont donc entre 120 et 140 étudiants supplémentaires qui sont attendus sur le site aurillacois. De la matière grise en plus dont s’est félicitée Josiane Costes tandis que Jacques Mézard concluait, philosophe : “Au moment où l’action publique, les collectivités, sont souvent critiquées, c’est un bon exemple de montrer qu’on peut travailler et réussir ensemble.” Effectivement.

(1) En plus des départements Biologie et GEA (gestion des entreprises et administrations).

(2) Ce territoire qui va de Tulle à Rodez en passant par Brive, Saint-Céré, Figeac, Villefranche et Decazeville compte plus de 210 entreprises, 14 000 emplois autour d’entreprises leaders sur le plan mondial dans les métiers de l’industrie mécanique, en particulier dans les domaines de l’aéronautique, de l’automobile et de la machine outil : Ratier Figeac, Figeac Aéro, Blanc-Aéro, Robert Bosch à Rodez, AD Industrie à Brive, Sam Technologies à Decazeville, Borg Warner à Tulle.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière