Aller au contenu principal

"Tracker" l'énergie solaire pour être autonome

Grâce au tracker solaire installé sur son exploitation, l'EARL de Gaillard va devenir autonome à 90 % en électricité, s'affranchissant ainsi d'un prix galopant de l'énergie.

© P. O.

"Le tournesol, le tournesol n'a pas besoin d'une boussole", chantait en 1970 Nana Mouskouri. Mais n'en déplaise à la croyance populaire, les fleurs de tournesol ne tournent pas, elles restent toujours inclinées vers le soleil levant, contrairement au tracker solaire qui lui suit la trajectoire de l'astre du levant au ponant. Avec une double inclinaison permettant d'optimiser le rendement énergétique de cette vaste ombrière mobile  bi-axes et bi-faces, comme l'explique Hervé Combret, producteur de lait à Gaillard de Saint-Antoine qui vient tout juste d'implanter cette installation photovoltaïque innovante en contrebas d'un de ses bâtiments et en bord d'une parcelle de maïs.

Autonome sur tout... sauf le prix du lait
"J'ai des toits fonctionnels sur mes bâtiments d'élevage mais je n'avais pas envie de mettre du photovoltaïque sur mes animaux ni de démolir ces toits pour y mettre du bac acier, des panneaux... Je cherchais quelque chose d'indépendant et de performant", expose l'éleveur, dont la feuille de route tient en un mot : autonomie. Installé en 2002 alors avec ses parents et en valorisant un atelier porcin en plus de la production laitière, Hervé Combret est aujourd'hui autonome en termes de main d'oeuvre ayant dimensionné l'exploitation à sa productivité et s'étant par ailleurs formé à l'insémination animale. Autonome, son exploitation l'est aussi en eau grâce au pompage de sources privées, en fourrage également y compris lors des années sèches, tout comme en paille, et, à 50 % en céréales.
D'ici peu, grâce à son tracker de 75 m2 (35 panneaux(1)) pour une production annuelle estimée à
28 500 kW, il le sera aussi à 90 % en électricité. "Finalement, la seule chose que je n'arrive pas à contrôler... c'est le prix du lait", glisse, amer, ce producteur de Volcalis qui, la veille, manifestait avec ses collègues devant le portail de l'usine LFO de Saint-Mamet (lire en page 3). Le prix du lait mais aussi le coût des protéines pour la ration des laitières et le poste engrais qui atteint pareillement des sommets.
Féru d'innovations, l'agriculteur castanhaïre, équipé depuis 2013 d'un robot de traite et d'un robot racleur aspirateur, a vu sa curiosité d'emblée aiguisée en découvrant dans la presse spécialisée cette technologie développée par une start-up bretonne, Okwind.

Panneaux intelligents
Après s'être renseigné et être allé visiter une exploitation lotoise équipée, Hervé Combret s'est donc lancé tout comme l'un de ses collègues vitracois. Il a choisi son emplacement de telle sorte qu'il n'y ait pas d'obstacles et d'ombres portées, et que le tracker ne soit pas visible de la maison. Coût de l'investissement : 38 500 EUR HT(2) entièrement autofinancés. Une somme certes "mais dans douze ans, j'aurai fini de rembourser les annuités de l'emprunt et 90 % de mon électricité sera gratuite", avance l'éleveur de Saint-Antoine, qui fait valoir un autre argument  massue dans le contexte actuel : il se prémunit ainsi pour 30 ans (durée de la garantie du tracker solaire) des hausses à venir du prix du kilowatt sur 90 % de sa consommation annuelle évaluée à 32 000  kW (robots, tank à lait, refroidisseur, nettoyeur haute pression, chauffe-eau...).


Autoconsommation et stockage "virtuel"
Autre particularité, l'installation, qui ne génère pas d'emprise au sol, est directement raccordée à son compteur Linky avec un contrat passé avec Urban solar, un fournisseur d'électricité dédié. "Tout ce qui sera produit en trop la journée sera injecté dans le réseau et je pourrai reprendre ces kW la nuit et les mois d'hiver, c'est une forme de stockage virtuel", explique le chef d'exploitation, dont les seuls frais sont les taxes d'acheminement (1,2 ctEUR/kW).
Pour l'heure, la puissance du tracker est bridée en attendant le feu vert du Consuel(3). Mais d'ores et déjà, Hervé Combret peut suivre sur son smartphone via une application la production photovoltaïque, les pics de consommation (par exemple ce matin-là lorsqu'il a passé le nettoyeur...), le taux d'autonomie... "J'ai aussi décalé la production d'eau chaude, jusqu'alors ajustée sur les tarifs de nuit plus avantageux, en journée pour bénéficier de l'électricité autoproduite", indique le producteur de lait et désormais d'énergie.

(1) L'équivalent de 125 m2 de panneaux sur toiture.
(2) Hors tranchée, fondations... que l'agriculteur a lui-même réalisées. La dalle au sol mesure 2,46 m par 2,46 m.
(3) Structure en charge du contrôle que l'installation est aux normes électriques.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière