Aller au contenu principal

Influenza aviaire
Toutes les volailles françaises confinées

Le 16 novembre, le gouvernement a relevé le niveau de risque d’influenza aviaire à " élevé " pour tout le territoire français.

Poulets en intérieur
Les éleveurs de volailles doivent isoler leurs animaux ou les protéger par des filets.
© HLP

Un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène a été détecté en Haute-Corse a annoncé le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation le 16 novembre dans un communiqué de presse. « Le cas a été identifié dans le rayon animalerie d’une jardinerie située à proximité de Bastia, suite à la constatation de mortalités anormales parmi les volailles détenues. Tous les oiseaux ont été euthanasiés », précise le communiqué.
En conséquence, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie a décidé de placer l’ensemble du territoire national métropolitain en niveau de risque « élevé » à compter du 17 novembre 2020, poursuit le communiqué. Ces nouvelles dispositions font suite à un précédent arrêté du 5 novembre qui concernait seulement 46 départements.
La décision de relever le niveau de risque a " été prise après information des professionnels des filières avicoles et de la fédération nationale des chasseurs et consultation de l’Office français de la biodiversité", précise le ministère de l’Agriculture.

Confinement

Concrètement, les éleveurs de volailles de tous les départements métropolitains et de la Corse doivent respecter les obligations suivantes :
- claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux ;
- interdiction de rassemblements d’oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ;
- interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes ;
- interdiction d’utilisation d’appelants.
Le ministère de l’Agriculture rappelle que « la consommation de viande, foie gras et œufs –et plus généralement de tout produit alimentaire– ne présente aucun risque pour l’homme ».

Une souche " ancestrale " datant de 2017 ?

La grippe H5N8 avait été détectée début juillet en Russie et au Kazakhstan. Le 5 novembre, les autorités néerlandaises avaient annoncé qu’elles allaient procéder à l’abattage de 215 000 volailles dans la province de Gueldre. D’autres cas hautement pathogènes avaient depuis lors été détectés au Royaume-Uni (9 novembre) et en Allemagne (13 novembre).
" Le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe ", a alerté la Rue de Varenne dès le 5 novembre.  "Les cas d’influenza aviaire déclarés aux Pays Bas et en Allemagne sont tout à fait cohérents avec les couloirs de migrations en lien avec les cas de Russie et du Kazakhstan", indiquait la plateforme d’épidémiosurveillance animale (ESA) dans son bulletin du 3 novembre, citant l’OFB.
D’après une analyse phylogénétique, les virus observés au Kazakhstan en septembre " étaient tous apparentés à un même génotype ancestral détecté pour la dernière fois en 2017-2018", complète la plateforme ESA. Cette analyse suggère également que ces mêmes virus aient pu persister et circuler depuis 2018, en l’absence de toute détection, au sein d’élevages de volailles galliformes. Les virus kazakhs ne seraient toutefois pas semblables aux souches qui " ont circulé en Allemagne et en Europe de l’Est de décembre 2019 à juin 2020 ".

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière