Aller au contenu principal

Toutes les productions fermières cantaliennes au même endroit

Depuis sa création en 2014, le drive fermier cantalien n’a cessé de prendre de l’ampleur. De 15 producteurs adhérents, il est ainsi passé à 35 en 2020.

Le drive fermier propose les produits de Valéry Dagot : délices aux mûres, confiture de groseilles, vinaigre de cidre cassis,...
Le drive fermier propose les produits de Valéry Dagot : délices aux mûres, confiture de groseilles, vinaigre de cidre cassis,...
© M. V.

Aller récupérer ses courses le vendredi est devenu une habitude pour une centaine de Cantaliens depuis quelques années déjà. Le vendredi, c’est le jour de la permanence du drive fermier sur trois points de livraison : à Aurillac (zone de Lescudilliers, garage de la Chambre d’agriculture), Murat (à la Grange de la Haute vallée, chez Alain André, producteur de cantal et de salers) et Prunet (chez Daniel Malvezin, maraîcher, Les jardins de Jurlhes).
Le principe est connu : il suffit de choisir ses produits sur le site internet du drive fermier jusqu’au mercredi soir et d’ouvrir son coffre le vendredi après-midi ! Un rituel initié en 2014 à l’initiative d’une quinzaine de producteurs affiliés à Bienvenue à la ferme(1) et qui, pour la plupart, commercialisaient déjà en vente directe, via les marchés notamment. Ensemble, et avec l’appui de la Chambre d’agriculture, ils montent une association loi 1901, présidée par Clément Plantecoste (Leucamp) avec l’idée de mettre en place un drive, à l’image de ce que plusieurs
départements avaient déjà lancé.

Produits et transformés à la ferme
"On a démarré petitement avec les aléas de tout projet qui commence... Et puis à l’époque, c’était une démarche très novatrice, rappelle Alexia Deltreil, animatrice de Bienvenue à la ferme et du drive, qui a succédé à Dominique Dufayet. Ne serait-ce que le paiement en ligne..."
Le choix est fait d’ouvrir le site uniquement aux agriculteurs qui produisent et transforment à la ferme, avec la saisonnalité que cela induit... Pourtant, le succès ne se dément pas : "Depuis quelques années, nous avons de plus en plus de demandes", confirme l’animatrice, qui l’explique par "un changement des mentalités, accéléré par la crise sanitaire. Quand on a débuté, il n’y avait pas cet engouement comme maintenant sur les produits locaux, les circuits courts,... La goutte d’eau, ça a été le Covid. Les gens sont de plus en plus soucieux de contribuer à l’économie locale, à payer mieux les producteurs, à changer leur mode de consommation".
Le premier confinement a ainsi plus que dopé les ventes : "Ça a été très particulier, confirme Alexia Deltreil, avec la fermeture totale des marchés sur le département alors que les producteurs comptent beaucoup dessus. D’un seul coup, ils ne pouvaient plus commercialiser..." Une dizaine rejoigne ainsi le drive. Quant aux clients... : "Ça a été énorme ! Nous avons assuré deux livraisons semaine, les mercredis et vendredis, soit environ 300 paniers. Mais nous étions réalistes, on savait très bien que nous n’allions pas conserver ce niveau de commandes une fois les marchés rouverts... Nous ne sommes pas là pour court-cuircuiter les autres schémas de diffusion." Effectivement, une fois les différents confinements assouplis, le drive a retrouvé son rythme de croisière, avec une centaine de paniers hebdomadaires. Mais pendant cette période si particulière, "l’idée était de se faire connaître et on a réussi !"

Un drive pérenne
Aujourd’hui, le concept fermier a séduit aussi bien clients que producteurs, qui sont désormais 35 à proposer leurs produits, dont la moitié tient aussi des permanences le vendredi après-midi, tandis que d’autres assurent des tournées pour récupérer les commandes et les acheminer vers les lieux de livraison, ce qui limite les coûts et l’empreinte carbone. Une organisation vertueuse, plébiscitée par des clients qui vivent dans un rayon de 5 à 20 km autour d’Aurillac et dont la majorité est issue d’un foyer composé de deux à quatre personnes. C’est ce qui ressort d’une enquête marketing menée par le drive, qui souligne également le "bon rapport qualité/prix" et la "qualité" des produits.
"Ce n’est pas pour rien que le drive cantalien a tenu, appuie Alexia Deltreil. Le conseil d’administration est investi dans l’outil, dans le collectif, et il a toujours été suivi par des producteurs très motivés derrière." Et bonne nouvelle : d’autres agriculteurs vont venir grossir  les rangs du drive cantalien, l’un des plus pérennes de France !

(1) Bienvenue à la ferme est une marque des Chambres d’agriculture, avec un cahier des charges qui garantit le caractère fermier des produits, une transparence sur les pratiques durables, le bien-être animal,... Les adhérents s’engagent également à ouvrir leur ferme au moins une fois par an.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière